NOUVELLES

Ukraine: les rebelles perdent espoir que Moscou intervienne en leur faveur

09/07/2014 03:36 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT

DONETSK, Ukraine - Un important commandant de l'insurrection séparatiste ukrainienne a dit perdre espoir, mercredi, que les forces armées russes interviennent dans le conflit, et a blâmé des oligarques russes pour avoir dissuadé Moscou d'envoyer des troupes.

Pavel Goubarev, gouverneur autoproclamé de la «République populaire» rebelle de Donetsk, a également indiqué qu'il y avait un schisme au sein des rebelles, et que son organisation ne contrôlait désormais plus le douteux «Bataillon Vostok», qui occupe d'importants points de contrôle dans les faubourgs de la capitale de la région du même nom.

Après que les forces régulières eurent repoussé les séparatistes à l'extérieur de leur château fort de Slaviansk, la fin de semaine dernière, des responsables ukrainiens ont annoncé que l'armée viserait à établir un blocus de Donetsk. Lors d'une conférence de presse, M. Goubarev a déclaré que «nous aimerions recevoir de l'aide de la part des forces russes. Mais nous sommes réalistes et comprenons que cela est impossible».

Les rebelles des régions de Donetsk et de Lougansk, non loin de là, ont à plusieurs reprises demandé de l'aide au Kremlin pour qu'il dépêche des troupes de «maintien de la paix», alors que les combats contre Kiev s'intensifient. La Russie n'a montré aucun intérêt à acquiescer, et des responsables ont déclaré qu'une mission de maintien de la paix ne pourrait avoir lieu que sous l'égide de l'ONU.

M. Goubarev a laissé entendre que les oligarques russes sont opposés à une action militaire, craignant que leurs affaires ne s'en ressentent.

La Russie a déjà été ciblée par des sanctions occidentales après son annexion de la Crimée, en mars, et pour avoir supposément alimenté la révolte dans l'Est ukrainien, au cours de la laquelle plus de 400 personnes auraient perdu la vie. Déployer des troupes en Ukraine entraînerait certainement l'imposition de sanctions encore plus lourdes.

«Leurs intérêts égoïstes sont compréhensibles», a ajouté M. Goubarev.

Il a également dit, sans offrir plus de détails, que les rebelles de Donetsk ne contrôlaient pas le Bataillon Vostok, dont les combattants comptent des Tchétchènes. Ce groupe est apparu à la fin mai, soulevant des questions sur l'équilibre du pouvoir chez les insurgés.

Malgré tout, M. Goubarev soutient que ses hommes défendraient Donetsk coûte que coûte. «Il n'y a pas d'endroit où battre en retraite. Pour nous, c'est la victoire ou la mort.»

PLUS:pc