NOUVELLES

Sarah Palin plaide en faveur de la destitution du président Obama

09/07/2014 08:45 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT
T.J. Kirkpatrick via Getty Images
NATIONAL HARBOR, MD - MARCH 08: Conservative pundit, television personality and former vice presidential candidate Sarah Palin speaks during the 41st annual Conservative Political Action Conference at the Gaylord International Hotel and Conference Center on March 8, 2014 in National Harbor, Maryland. The conference, a project of the American Conservative Union, brings together conservatives, polticians, pundits and voters for three days of speeches and workshops. (Photo by T.J. Kirkpatrick/Getty Images)

WASHINGTON - Le mouvement en faveur de la destitution du président américain Barack Obama n'a pas de réelles chances de succès, pas de soutien visible du public, mais a désormais un visage bien connu, celui de Sarah Palin.

L'ancienne candidate à la vice-présidence est devenue la première républicaine fédérale de premier plan à appeler explicitement à la destitution du commandant en chef.

Son principal argument: M. Obama n'a pas été en mesure de protéger la frontière d'un flot d'immigrants illégaux de l'Amérique latine.

L'ex-gouverneure de l'Alaska, et animatrice à la télévision, a détaillé sa vision des choses dans une lettre sur un site web conservateur.

Mme Palin exprime que M. Obama sait très bien que «sans frontière, il n'y a pas de nation», ajoutant croire à un geste «délibéré» d'ouvrir les frontières aux immigrants illégaux. Elle en vient à parler d'un plan d'une «transformation fondamentale des États-Unis».

Elle affirme que le temps de la destitution est venu, disant même qu'une opposition féroce devrait être faite envers tout politicien hésitant à prendre cette voie, qu'il soit «à gauche ou à droite» de l'échiquier.

Aucun président américain dans l'histoire n'a été évincé par des procédures de destitution. Néanmoins, à plus d'un siècle d'écart, Andrew Johnson et Bill Clinton ont tous deux subi un vote de destitution à la Chambre des représentants, avant d'être épargnés par le Sénat.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les présidents américains les plus riches
Les présidents américains de l'histoire