NOUVELLES

Pakistan: plus de 800.000 déplacés enregistrés après l'offensive dans le nord-ouest

09/07/2014 04:34 EDT | Actualisé 07/09/2014 05:12 EDT

Plus de 800.000 déplacés ont été enregistrés depuis le début de l'offensive militaire dans le nord-ouest du Pakistan, ont indiqué mercredi les autorités, suggérant que la zone tribale visée a été quasiment désertée par les civils.

Islamabad a lancé à la mi juin une opération attendue de longue date par ses alliés, Etats-Unis en tête, pour déloger les rebelles talibans et leurs alliés d'Al-Qaïda de la zone tribale du Waziristan du Nord, dont ils avaient fait leur principal sanctuaire dans la région.

Depuis, les habitants de ce district frontalier de l'Afghanistan ont fui dans les villes et régions voisines, surtout à Bannu mais également à Lakki Marwat, Karak et Dera Ismail Khan, Peshawar et dans l'est afghan.

A ce jour, "833.274 personnes de 66.726 familles du Waziristan du Nord ont été enregistrées comme déplacés" dans le nord-ouest pakistanais, a déclaré à l'AFP Arshad Khan, directeur de l'Autorité de gestion des catastrophes (FDMA) pour les zones tribales. 30% des déplacés sont des femmes et 43% des enfants, selon lui.

M. Khan a toutefois aussitôt précisé que ce chiffre était sans doute supérieur à la réalité, une partie des déplacés ayant pu être enregistrés deux fois. Il a également estimé que seuls de rares civils, chargés notamment de surveiller les maisons, étaient restés sur place.

Avant l'offensive, la population du Waziristan du Nord, une zone reculée et difficile d'accès, était estimée entre 500.000 et 1 million de personnes.

L'armée poursuivait mercredi son offensive aérienne et terrestre. Mardi, elle avait annoncé que ses avions avaient détruit sept repaires et tué 13 combattants rebelles dans le village de Degan.

Depuis le début de l'offensive, l'armée dit avoir tué près de 400 rebelles, et perdu 20 soldats, des chiffres impossibles à vérifier de source indépendante, les médias n'ayant pas accès aux zones de combat.

L'armée n'a pas fait état jusqu'ici d'autres victimes, mais selon des sources locales, ses bombardements aériens auraient fait au moins une vingtaine de morts. Les mêmes sources avaient estimé ces dernières semaines que la plupart des rebelles avaient fui la zone avant même le début de l'offensive.

Le Waziristan du Nord était à la fois un repaire pour les rebelles talibans pakistanais du TTP, en guerre contre Islamabad, leurs alliés combattants étrangers d'Al-Qaïda, et une base arrière des talibans afghans qui combattent le gouvernement de Kaboul et ses alliés de l'Otan de l'autre côté de la frontière .

str-jaf/pdw/emd/ros

PLUS:hp