NOUVELLES

Mondial-2014 - Allemagne: avec Schürrle, le banc se lève

09/07/2014 10:35 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT

Andre Schürrle apporte un vent de fraîcheur à chaque entrée en jeu pour l'équipe d'Allemagne, comme mardi dans l'historique demi-finale du Mondial-2014 contre le Brésil (7-1), insufflant une dynamique assortie d'efficacité.

Le sélectionneur Joachim Löw a dit plusieurs fois qu'il avait besoin de 14 joueurs. Et son 12e homme, c'est désormais ce gaillard élancé (1,84 mètre), qui avec trois buts en 155 minutes présente un des meilleurs ratios de la compétition.

Sans le nommer, Bastian Schweinsteiger avait fait allusion dimanche au remplaçant le plus marquant: "C'est un grand avantage d'avoir de telles alternatives, on a vu ce que les changements ont apporté à l'équipe, surtout sous ces températures. Dans chaque match, les joueurs qui sont entrés ont apporté un élan".

L'attaquant de 23 ans, jamais titulaire, ouvre une nouvelle phase de jeu à chaque apparition et représente donc une arme supplémentaire dans la panoplie offensive de la Nationalmannschaft.

Contre l'Algérie en 8e de finale (2-1 a.p.), il avait débloqué en début de prolongation le match le plus délicat qu'ait eu à gérer l'Allemagne. Muet contre la France en quart (1-0) tout en causant quelques frayeurs à la défense des Bleus, le N°9 a évité à son équipe tout relâchement face au Brésil par un doublé s'ajoutant au 5-0 de la première période.

- 'Madjer' -

"Je voulais simplement rentrer et je savais que j'aurais des occasions, a commenté le joueur de Chelsea. Deux buts en demi-finale de Coupe du monde, c'est incroyable pour moi".

Schürrle a mis du temps pour se lever, mais le voilà lancé. Le premier tour dessinait une Coupe du monde frustrante à titre personnel. Son entrée à l'heure de jeu contre le Portugal (4-0) n'avait rien apporté. Scotché au banc contre le Ghana (2-2), il n'en était sorti qu'à la 89e minute face aux Etats-Unis (1-0)...

Vint l'Algérie. A Porto Alegre ce 30 juin, il remplace Götze à la mi-temps et apporte sa fraîcheur, coïncidant avec le climat local, à une équipe sclérosée. C'est là qu'il supplante "Götzinho" dans la hiérarchie des attaquants, puisque ce dernier n'apparaît sur le terrain qu'après lui en quart, et pas du tout en demie.

Schürrle propose un jeu tout en vitesse et profondeur, et marque des buts qui dénotent un attaquant multimodal devant les cages: le premier d'une heureuse "madjer" - "il fallait que le ballon rentre, j'ai eu bien sûr un peu de chance" -; un deuxième but dû à son sens du placement, en reprenant simplement un bon centre; et le troisième d'une superbe frappe sous la barre, en position excentrée et en pleine course, un vrai geste de buteur.

Déjà 16 buts en 38 sélections pour l'ancien de Mayence et Leverkusen, près d'un but tous les deux matches: une belle moyenne eu égard à son statut de joueur d'appoint.

- 'Super Joker' -

Evidemment, ce "super Joker", comme on l'appelle en Allemagne, n'a pas encore la trempe d'un Ole-Gunnar Solskjaer, l'ex-attaquant norvégien de Manchester United, incarnation par excellence du "super-sub" (super remplaçant).

Et bien sûr, ses faits d'arme n'ont pas l'envergure de ceux de ses compatriotes Oliver Bierhoff, le manager actuel de la sélection qui avait inscrit contre la République tchèque (2-1 b.e.o.) en finale de l'Euro-1996 les deux buts dont un en or, ou du post-ado Lars Ricken offrant la Ligue des champions 1997 à Dortmund dix secondes à peine après son entrée en finale (2-1 devant la Juventus).

Mais Schürrle prend date, lui qui sort d'une saison mitigée dans le Chelsea de Jose Mourinho, même s'il a marqué un but important contre le Paris SG en quart de finale retour de Ligue des champions.

"J'ai eu de bons et mauvais moments, mais dans l'ensemble ça allait, avait soufflé ce joueur réservé à l'orée du tournoi. Je me suis senti beaucoup mieux qu'il y a un an, j'ai progressé physiquement et mentalement".

Au Mondial aussi. Aura-t-il encore le vent dans le dos dimanche à Rio ?

ybl/jta

PLUS:hp