NOUVELLES

L'Argentine a raison des Pays-Bas 4-2 aux tirs au but et passe en finale

09/07/2014 06:46 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT

SAO PAULO - Le gardien Sergio Romero a effectué deux gros arrêts pour propulser l'Argentine en finale de la Coupe du monde de football grâce à une victoire de 4-2 en tirs de barrage aux dépens des Pays-Bas.

Un peu moins de 24 heures après que l'Allemagne eut pulvérisé le Brésil 7-1, l'Argentine et les Pays-Bas ont été incapables de marquer en 120 minutes de jeu.

Romero, que plusieurs croyaient le maillon faible de cet 'Albicéleste' et qui n'était même pas titulaire à Monaco cette saison, a arrêté les tirs de Ron Vlaar et Wesley Sneijder. Lionel Messi, Ezequiel Garay, Sergio Aguero et Maxi Rodriguez ont tous marqué pour l'Argentine.

«C'est de la chance, c'est vrai. Vous pouvez choisir le bon côté et ne pas faire l'arrêt, comme c'est arrivé à l'autre gardien, a dit Romero. J'avais confiance. Dieu merci, les choses se sont bien passées.»

Dans un duel opposant deux super-puissances du foot, l'Argentine, double gagnante de la compétition, disputera la finale aux triples champions allemands au stade Maracana de Rio de Janeiro, dimanche. Cela signifie une fin de tournoi des plus amères pour le Brésil, qui devra regarder ses plus grands rivaux disputer la victoire à ceux qui l'a humilié dans son mythique stade.

Le Brésil devra se rabattre sur la petite finale, contre les Pays-Bas, samedi.

Il s'agissait du deuxième match consécutif de 0-0 nécessitant les tirs de barrage pour les Pays-Bas. Contre le Costa Rica en quarts, le sélectionneur, Louis van Gaal, avait amené en renfort le gardien substitut Tim Krul dans les dernières secondes de la prolongation pour Jasper Cillessen et Krul avait stoppé deux tirs.

Cette fois, van Gaal avait utilisé tous ses changements avant la fin de la prolongation et Cillessen a dû faire face aux tirs argentins. Van Gaal a admis qu'il aurait effectué le même changement s'il avait encore eu une substitution.

Le jeune gardien de l'Ajax a touché le puissant tir de Rodriguez de la main, mais l'a envoyé dans le haut du filet. Krul a alors traversé le terrain pour aller consoler son coéquipier, effondré devant son filet.

L'Argentine atteint ainsi la finale du Mondial pour la cinquième fois de son histoire, la première en 24 ans. Elle a remporté ses derniers titres en 1978 — contre les Hollandais — et 1986, et perdu les finales de 1930 et 1990. En 1986 et 1990, c'était contre l'Allemagne de l'Ouest.

Les Pays-Bas, qui n'ont jamais remporté la compétition, tentaient d'atteindre la finale pour une quatrième fois.

Cette deuxième demi-finale avait été annoncée comme étant un duel entre Messi et Arjen Robben, mais les deux vedettes ont été éclipsées. C'est plutôt les milieux de terrain Nigel De Jong et Javier Mascherano qui ont été à l'avant-scène, alors que les défenses des deux clubs ont étouffé l'attaque.

Quand Robben s'est finalement échappé en prolongation, la glissade parfaitement synchronisée de Mascherano lui a permis de bloquer son tir.

De Jong, qui s'est remis d'une blessure à l'aine pour pouvoir amorcer le match, a joué un peu plus de 60 minutes avant d'être remplacé par Jordy Clasie, qui effectuait sa première présence en Coupe du monde.

Après avoir marqué 10 buts en trois matchs de groupe, les Pays-Bas se sont retrouvés à sec en phase éliminatoire. Ils ont inscrit deux buts en toute fin de rencontre face au Mexique, mais ont été blanchis à leurs 240 dernières minutes.

«Le but dans un championnat comme celui-là est de marquer un but de plus que votre adversaire, ce que nous n'avons pas fait, a philosophé van Gaal. Nous n'avons pas créé beaucoup d'occasions.»

L'Argentine a aussi affiché une attaque plutôt faible au Brésil, ne remportant ses matchs que par la marque d'un but à chaque fois. En phase éliminatoire, elle a inscrit deux victoires de 1-0 contre la Suisse et la Belgique.

Les deux attaques ont démontré toute leur impuissance. À la 73e minute, un coup franc de Messi a survolé tout le monde avant de se retrouver en touche. Dirk Kuyt a suivi une minute plus tard en envoyant un long ballon jusqu'à l'extérieur de l'autre côté.

L'Argentine a tenté de mettre fin au match dans la deuxième portion de la prolongation, mais quand il a obtenu une excellente occasion, Rodrigo Palacio a bêtement remis de la tête dans les mains de Cillessen et Rodriguez a redirigé d'une volée faible un beau centre de Messi.

«L'Argentine n'a pas créé beaucoup d'occasions non plus, a ajouté van Gaal. Alors ç'a été équivalent à ce chapitre.»

PLUS:pc