NOUVELLES

Irak: 50 cadavres aux yeux bandés et aux mains liées trouvés près de Bagdad

09/07/2014 05:21 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT

HILLAH, Irak - Les cadavres de 50 personnes ont été trouvés les yeux bandés et les mains liées dans un secteur rural au sud de Bagdad, mercredi, alimentant les craintes de possibles tueries sectaires au coeur d'une bataille contre l'insurrection sunnite.

La prise de contrôle par les insurgés de la majeure partie du nord et de l'ouest de l'Irak au cours du dernier mois a accentué dramatiquement les tensions entre la majorité chiite du pays et la minorité sunnite. Parallèlement, la dissension s'est accrue entre le gouvernement mené par les chiites à Bagdad et la région autonome kurde dans le nord.

Dans un discours, mercredi, le premier ministre Nouri al-Maliki a accusé le secteur kurde d'être un refuge pour les extrémistes islamistes et autres insurgés sunnites. Il n'a pas fourni de preuves, et ces affirmations risquent fort d'éloigner encore davantage Bagdad de la population kurde, dont les combattants ont tenté de freiner les avancées des sunnites dans le nord.

Les corps, tous portant des blessures par balles, ont été trouvés dans le village à prédominance chiite de Khamissiya en bordure de la ville de Hillah, au sud de Bagdad, a indiqué le porte-parole militaire, le brigadier-général Saad Maan Ibrahim. Il a affirmé qu'une enquête était en cours pour déterminer l'identité des personnes et les circonstances de leurs morts.

Les personnes mortes sont tous des hommes âgés entre 25 et 40 ans, et il semble qu'ils aient été tués quelques jours plus tôt et puis abandonnés dans ce secteur isolé, ont indiqué un policier et un responsable de la santé. La plupart des corps portaient des blessures par balles soit à la tête ou à la poitrine, ont-ils indiqué sous le couvert de l'anonymat puisqu'ils n'étaient pas autorisés à en parler aux médias.

Bien que les motifs demeurent incertains, de telles tueries rappellent les pires jours des combats sectaires en Irak en 2006 et 2007 entre milices chiites et groupes sunnites, alors qu'il était fréquent de trouver des cadavres criblés de projectiles d'arme à feu.

La découverte de tels charniers était devenue plus rare ces dernières années.

Mais les tensions sectaires ont explosé encore une fois, et les autorités ont recommencé à trouver des corps non identifiés depuis la montée de l'insurrection sunnite le mois dernier.

L'escalade compte à l'avant-plan les violences du groupe extrémiste appelé État islamique, mais d'autres insurgés sunnites ont joint le mouvement, s'alimentant de la colère de la minorité sunnite contre le gouvernement mené par les chiites.

Également mercredi, deux véhicules piégés ont explosé dans un secteur commercial dans la ville à majorité chiite de Mahaweel, près de Hillah, tuant deux personnes et en blessant sept autres, ont indiqué des responsables de la police et de la santé sous le couvert de l'anonymat.

PLUS:pc