NOUVELLES

Ethiopie: un opposant exhibé à la télévision d'Etat après son arrestation

09/07/2014 10:36 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT

Un leader de l'opposition éthiopienne, condamné à mort par contumace dans son pays, a été exhibé mercredi à la télévision d'Etat où il a appelé à la "paix" avec le régime d'Addis Abeba, après avoir été extradé du Yémen.

Andargachew Tsige, un dirigeant du mouvement interdit Ginbot 7, qui possède également la nationalité britannique, a été condamné à mort par contumace pour terrorisme.

A la télévision d'Etat, il a assuré ne plus être en guerre avec le gouvernement éthiopien et appelé "au calme".

"J'ai trouvé la paix (...) Je n'éprouve aucune haine, aucune colère, aucun ressentiment", a-t-il déclaré, arborant une barbe grise broussailleuse.

Andargachew Tsige avait été arrêté le 23 juin à l'aéroport de Sanaa, au Yémen, alors qu'il tentait de rallier l'Erythrée. Il avait été transféré à Addis Abeba le même jour, selon l'animateur de la télévision d'Etat ETV.

Le ministère britannique des Affaires étrangères a vertement critiqué le Yémen pour cette extradition et exhorté l'Ethiopie à bien le traiter.

"Nous demandons un accès consulaire immédiat et de nouvelles assurances que la peine de mort prononcée en son absence ne sera pas appliquée", a déclaré le ministère dans un communiqué.

L'Ethiopie accuse Andargachew Tsige de complot en vue de commettre des attaques, selon ETV, et affirme qu'il entraînait des groupes d'opposants en Erythrée voisine, ennemie de longue date de l'Ethiopie.

"Il travaillait à gêner le développement du pays et à le déstabiliser", a ajouté l'animateur de télévision.

Le mouvement Ginbot 7, basé aux Etats-Unis, est considéré comme une organisation terroriste par le régime.

En 2012, plusieurs personnes avaient été inculpées pour leurs liens avec le mouvement, dont le journaliste Eskinder Nega et un chef de l'opposition, Andualem Arage, condamné à la prison à vie.

Des organisations de défense des droits de l'Homme ont critiqué la loi antiterroriste éthiopienne, accusant le gouvernement de l'utiliser pour museler l'opposition et la liberté d'expression.

Human Rights Watch a souligné qu'Andargachew Tsige risque "la torture mais aussi d'être exécuté".

Ginbot 7, fondé par l'ancien maire d'Addis Abeba, Berhanu Nega, en exil aux Etats-Unis, prône le renversement par les armes du parti au pouvoir.

Son nom rappelle une date du calendrier éthiopien équivalant au 15 mai dans le calendrier grégorien. Le 15 mai 2005, la répression de manifestations dénonçant les nombreuses fraudes aux élections législatives avait fait plus de 200 morts parmi les opposants.

jv/pjm/sas/fb/mba/sd

PLUS:hp