POLITIQUE

Négociations de conventions collectives: entente de principe dans le milieu de la construction

09/07/2014 02:48 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
Road construction crewman work on a roadway Monday, April 28, 2014, in Springfield, Ill. A group of transit advocates is pointing to uncertain funding from Congress and rapidly declining state spending on roads, bridges and railways to bolster its plan for raising taxes and fees for long-term investment. The Transportation for Illinois Coalition is sending a letter to state lawmakers this week warning that acceptable road and bridge conditions are in jeopardy over the next five years without significant new money. (AP Photo/Seth Perlman)

MONTRÉAL - Il n'y aura vraisemblablement pas un deuxième conflit de travail en autant d'années dans le secteur de la construction: une entente de principe est intervenue dans le cadre de la négociation des conventions collectives des secteurs institutionnel, commercial et industriel.

L'Alliance syndicale et l'Association de la construction du Québec (ACQ) ont multiplié les efforts dans le but d'éviter une grève ou une loi spéciale et ont fini par s'entendre, a indiqué mercredi Manon Bertrand, présidente de la partie patronale.

Les deux camps ont réussi à s'entendre sur «des éléments importants» qui permettront d'actualiser les conventions collectives, a ajouté Mme Bertrand.

«Il s'agit d'une excellente nouvelle pour l'économie du Québec et pour l'ensemble des citoyens», a réagi le ministre du Travail, Sam Hamad, qui a salué le travail des parties patronale et syndicale ainsi que celui du médiateur Normand Gauthier.

Il s'est dit soulagé de ne pas avoir eu à faire appel «à d'autres moyens», faisant référence à un projet de loi spéciale qui se dessinait pour éviter tout conflit de travail. Au début du mois de juin, M. Hamad avait prévenu que le gouvernement Couillard ne tolérerait pas une nouvelle grève dans l'industrie de la construction.

Selon lui, les négociations n'ont «pas été faciles» entre les deux camps, qui défendaient tous deux «très bien» leurs intérêts. Il a expliqué avoir dû intervenir personnellement plus d'une fois puisque «la table de négociation (...) a 'cassé' à plusieurs reprises».

La prochaine étape sera la négociation des tables particulières, qui devrait débuter sous peu, selon l'ACQ.

Les employeurs de l'ACQ devront ratifier l'entente dans une tournée qui pourrait débuter dès la mi-août afin d'assurer une entrée en vigueur des nouvelles conditions de travail à compter du 31 août prochain, a ajouté l'organisation par voie de communiqué.

L'Alliance syndicale, qui regroupe la FTQ-Construction, le Conseil provincial (International), le Syndicat québécois de la construction (SQC), la CSD Construction et la CSN-Construction, a pour sa part indiqué que l'entente sera soumise au vote des travailleurs «dans les prochaines semaines après la négociation des clauses particulières et le règlement des derniers détails».

L'an dernier, deux secteurs de l'industrie de la construction étaient parvenus à conclure une entente en vue du renouvellement de leurs conventions collectives respectives, à savoir le secteur résidentiel et celui du génie civil et voirie.

Toutefois, l'important secteur institutionnel, commercial et industriel, qui compte environ 80 000 travailleurs, n'avait pu conclure d'entente avec la partie patronale. Après quelques jours de débrayage, ils avaient dû retourner sur les chantiers en raison de l'adoption d'une loi spéciale par le gouvernement de Pauline Marois.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les plus grands syndicats du Québec