NOUVELLES

Climat: Pékin et Washington ne sont pas encore partenaires à long terme

09/07/2014 04:14 EDT | Actualisé 08/09/2014 05:12 EDT

PÉKIN, Chine - La Chine et les États-Unis ont posé de petits gestes, mercredi, en direction de leur objectif commun de lutte contre les changements climatiques, mais les deux plus grands pollueurs de la planète ne sont pas encore au diapason pour ce qui concerne un plan mondial de réduction des émissions de carbone.

Le responsable chinois du dossier climatique, Xie Zhezhua, a affirmé que la Chine ne devrait pas être soumise aux même règles que les États-Unis et d'autres pays riches en matière d'émissions de gaz à effet de serre, signalant ainsi que Pékin s'opposera à toute tentative d'agir en ce sens au cours de la conférence mondiale sur le climat, prévue l'an prochain.

«Nous en sommes à des étapes différentes de développement, nous avons des responsabilités historiques différentes, et nous avons des capacités différentes», a confié M. Xie à des journalistes.

De son côté, l'émissaire américain Todd Stern a mentionné que Washington favorisait un processus permettant à chaque pays de décider de ce qu'il était en mesure d'accomplir, plutôt que d'être classé comme un pays développé ou un pays en voie de développement, en matière de contributions individuelles à la lutte aux changements climatiques. Interrogé à savoir si les Chinois aimaient cette idée, M. Stern a déclaré: «C'est l'une de ces conversations qui n'arrêtent jamais».

Pendant des années, Washington et Pékin ont été aux antipodes quant à l'ampleur des efforts devant être déployés par les pays pour réduire les émissions polluantes. La Chine insiste qu'en tant que pays en développement, elle ne devrait pas être soumise aux mêmes limites d'émissions que les pays riches. Les États-Unis répliquent que cela équivaut à ne pas s'attaquer correctement au problème, puisque la Chine a largement dépassé les États-Unis comme principal émetteur de gaz à effet de serre de la planète.

Des militants de la lutte contre les changements climatiques déplorent quant à eux que les deux pays n'ont pas posé de gestes suffisamment importants pour réduire leurs émissions. Le président Barack Obama a récemment annoncé un plan visant à réduire de 30 pour cent les émissions polluantes des centrales électriques existantes d'ici 2030, une date à laquelle, disent les chercheurs, la quantité de dioxyde de carbone dans l'atmosphère aura déjà entraîné des changements draconiens sur la planète.

MM. Xie et Stern ont présenté leurs déclarations alors que des responsables des deux pays — sous la gouverne du secrétaire d'État américain, John Kerry — se rencontrent à Pékin pour des discussions stratégiques et économiques annuelles visant à bâtir une relation de coopération plus poussée entre les deux principales économies du monde.

Outre la différence sur la question du plan mondial de réduction des émissions de carbone, les deux pays ont annoncé mercredi huit projets conjoints visant à capturer et à stocker du gaz carbonique, en plus de développer des réseaux de distribution électrique plus efficaces.

Les deux capitales ont également donné leur accord à des normes plus strictes en matière d'efficacité énergétique pour les voitures et les camions.

PLUS:pc