DIVERTISSEMENT

«Intersection» à Montréal Complètement Cirque : du grand art! (CRITIQUE/PHOTOS/VIDÉO)

04/07/2014 08:54 EDT | Actualisé 04/07/2014 10:37 EDT

En ouverture de la 5e édition du festival Montréal Complètement Cirque, les «7 doigts de la main» symbolisent à merveille la définition d’une valeur sûre : là où la force de l’expérience côtoie la folie de l’originalité. Prouvant hors de tout doute que chaque discipline circassienne peut encore nous surprendre et nous émouvoir, le spectacle Intersection, créé en seulement 25 jours, est de ceux dont on aurait pris 30 minutes de plus!

Avant de trouver leurs sièges, les spectateurs déambulent dans la salle en découvrant quatre sections pleines d’objets disparates, autour de la scène en forme de croix : miroirs, costumes, valises, tourne-disque, vieux piano de bois, voiture éventrée.

L'article se poursuit après la galerie photos

«Intersection» à Montréal Complètement Cirque (les 7 doigts de la main)

Ces accessoires serviront à représenter la rencontre entre la vie quotidienne et le rêve. Là où l’existence est à la croisée des chemins, placée devant une multitude de choix : oser aborder une jeune femme avant la fermeture du bar, quitter l’enfance au profit du monde adulte, partir en voyage à la recherche de l’abandon, quitter ses racines en quête d’un ailleurs meilleur, tenter de faire sa place dans un nouveau travail, être attentif à celui ou celle qui fait soudainement battre son cœur.

Toutes ces parcelles du passé et du présent illustrent certaines des plus grandes forces de la troupe québécoise : son humanité, sa capacité à raconter une histoire et son souci de tisser un fil conducteur pertinent, clair sans être simpliste, entre les différents numéros, au lieu de les enchaîner en imaginant un prétexte qui ne tient pas la route.

Ces tranches d’existences sont partagées par de brèves et sympathiques entrevues sur vidéo sympathiques, qui introduisent des numéros à couper le souffle. À commencer par le duo de mât chinois tout en sensualité et en adresse. La complicité et la cohésion des deux interprètes nous émeuvent et nous époustouflent pendant de longues minutes qu’on aimerait revivre encore et encore.

Vient ensuite un numéro de diabolo à deux, avec juste ce qu’il faut de pirouettes, de projections en hauteur et de passes rapides pour nous impressionner. Puis, une contorsionniste démontrera toute sa capacité d’adaptation en exécutant ses prouesses dans les airs, dans un cerceau. Plus sobre qu’éclatant, le numéro n’en est pas moins subjuguant et complètement bluffant.

Le passage le plus mémorable demeure celui où la voiture est placée au centre de la scène, pendant que tous les acrobates s’éclatent aux alentours : périlleux, vrilles, course endiablée, saut à travers des «anneaux», utilisation maximale du capot, du toit, du coffre arrière et des places intérieures pour se propulser, atterrir ou traverser la scène. Le point de non-retour peut difficilement être mis en mouvements avec plus d’éclats.

Pour conclure, un moment de flottement nous offert par une interprète capable de jongler avec les parapluies asiatiques et de gérer des actions contraires avec chacun de ses membres, afin d’accompagner les spectateurs vers la fin du voyage.

Une folle aventure qu’on aurait voulue plus longue, tant elle irradie de vérité, de fraîcheur et de talent brut.

Intersection sera présentée à la TOHU du 2 au 13 juillet 2014. Cliquez ici pour plus de détails.