NOUVELLES

Pakistan: l'armée s'en prend aux talibans à la frontière de l'Afghanistan

30/06/2014 05:19 EDT | Actualisé 30/08/2014 05:12 EDT

ISLAMABAD - L'armée du Pakistan vient de lancer une offensive terrestre sur des bastions talibans antigouvernementaux établis près de la frontière avec l'Afghanistan, après avoir procédé à l'évacuation d'environ 500 000 civils de la région tribale visée par l'opération.

Il s'agit de la seconde phase d'une opération attendue contre les militants de la région tribale du Waziristan du Nord, une région montagneuse autonome dans le nord-ouest du pays.

Cette opération visant à éradiquer la menace que présentent ces talibans, qui cherchent à renverser le gouvernement, avait été annoncée par l'armée le 15 juin. L'armée avait cependant jusqu'alors limité ses tactiques à des frappes aériennes pour donner le temps à des milliers de personnes de plier bagages et de se rendre en lieu sûr.

Les États-Unis souhaitaient depuis longtemps la tenue d'une telle opération contre les militants, pour qui la région est un repaire sûr et stratégique duquel ils peuvent attaquer leurs cibles, en Afghanistan ou au Pakistan.

Le Pakistan disait toutefois que ses forces armées étaient trop occupées à combattre des groupes dans d'autres régions du nord-ouest pour se concentrer sur le Waziristan du Nord.

Les militaires ont entrepris des fouilles de toutes les résidences de Miran Shah, la principale localité de la région du Waziristan du Nord, qui a longtemps été un fief de militants talibans qui franchissent régulièrement la poreuse frontière qui sépare le Pakistan de l'Afghanistan. Selon l'armée pakistanaise, 15 rebelles ont été tués lors des opérations. Cette ville est aussi le quartier général d'un certain nombre de groupes militants, dont les talibans pakistanais. La région abrite aussi des membres d'Al-Qaïda et des talibans afghans.

Cette offensive pakistanaise a débuté il y a environ deux semaines, après une offensive rebelle à l'aéroport de Karachi qui a fait 26 morts. Les dix attaquants ont également été tués lors du siège, qui a duré environ cinq heures et qui a laissé les Pakistanais sous le choc, constatant la faiblesse de leurs institutions d'État.

Le siège de l'aéroport le plus occupé du pays est devenu un point tournant dans l'attitude d'ouverture du gouvernement face aux militants. Une semaine après l'attaque, l'armée a annoncé que des troupes se rendaient dans le Waziristan du Nord.

Les forces pakistanaises ont tué 376 rebelles durant les 15 premiers jours de l'offensive, dit un communiqué de l'armée, et 17 soldats sont morts.

Mansur Mahsud, du centre de recherche FATA sur les régions tribales du nord-ouest du Pakistan, a affirmé que le centre recevait beaucoup de témoignages selon lesquels beaucoup de militants avaient fui vers l'Afghanistan ou vers des régions montagneuses plus éloignées après les frappes aériennes. Une opération au sol demeure toutefois nécessaire, selon lui.

Quelque 468 000 des personnes évacuées ont fui vers les régions de Bannu et Dera Isamil Khan. Selon l'Organisation des nations unies, 95 000 se sont rendues en Afghanistan.

PLUS:pc