NOUVELLES

L'Ukraine ne prolonge pas le cessez-le-feu (président)

30/06/2014 06:14 EDT | Actualisé 30/08/2014 05:12 EDT

L'Ukraine ne prolongera pas le cessez-le-feu avec les séparatistes de l'est du pays, a annoncé le président Petro Porochenko dans la nuit de lundi à mardi.

"Après avoir examiné la situation, j'ai décidé, en tant que commandant en chef des forces armées, de ne pas prolonger le régime de cessez-le-feu unilatéral", a déclaré M. Porochenko dans une adresse à la nation dont le texte, d'abord publié par la présidence, a été prononcé quelques minutes plus tard à la télévision.

Sa déclaration est venue quelques heures après une conversation téléphonique quadripartite lors de laquelle les présidents russe et français, ainsi que la chancelière allemande, avaient tenté de pousser Kiev à prolonger le cessez-le-feu qui expirait lundi à 19H00 GMT.

"Nous allons attaquer" les séparatistes qui contrôlent depuis plus de deux mois une grande partie des régions de Donetsk et Lougansk, a ajouté le président ukrainien, sur un ton grave et résolu.

"La chance unique d'appliquer le plan de paix n'a pas été saisie. Cela est dû aux actions criminelles des combattants (séparatistes). Ils ont déclaré publiquement leur refus de soutenir le plan de paix en général et le cessez-le-feu en particulier", a expliqué M. Porochenko.

"De manière flagrante, ils ont violé le régime de cessez-le-feu. La direction politique des séparatistes a manifesté son refus et son incapacité de contrôler les agissements de ses détachements terroristes et bandes de maraudeurs", a asséné le chef de l'Etat.

Cependant, l'Ukraine n'abandonne pas son plan de paix, a souligné M. Porochenko.

"Notre plan de paix, en tant que stratégie pour l'Ukraine et le Donbass, reste en vigueur".

"Et nous sommes même prêts à revenir au régime de cessez-le-feu à tout moment. Quand nous verrons que toutes les parties s'attachent à appliquer les points essentiels de ce plan de paix", a poursuivi le président ukrainien.

"Que les combattants libèrent les otages. Et que, de l'autre côté de la frontière (côté russe - ndlr) s'allume un feu rouge pour les saboteurs et les fournisseurs d'armes. Et que le respect des règles à la frontière soit surveillé par l'OSCE".

Par ailleurs, M. Porochenko a cherché à rassurer les habitants des zones séparatistes, dont l'exode, vers la Russie comme vers d'autres régions du pays, a pris de l'ampleur ces dernières semaines.

"Les forces armées de l'Ukraine, la Garde nationale et d'autres unités ne se permettront jamais d'utiliser la force contre la population pacifique. Elles ne tireront jamais sur des quartiers résidentiels", a ajouté le président ukrainien, répondant indirectement aux accusations des séparatistes qui affirment que les tirs des forces de Kiev touchent souvent les civils et leurs habitations.

Enfin, il a promis une amnistie à ceux qui acceptent d'abandonner le combat armé.

"A toute personne qui a pris le chemin de la rébellion armée contre le pouvoir légitime, mais a reconnu son erreur et veut la corriger, je garantis, en tant que président, qu'elle ne sera pas traduite en justice".

"Il n'y a qu'une seule condition: il faut volontairement déposer les armes", a précisé M. Porochenko.

os-via/jr

os-via/gg

PLUS:hp