NOUVELLES

Les trois adolescents israéliens enlevés en Cisjordanie sont retrouvés morts

30/06/2014 02:01 EDT | Actualisé 30/08/2014 05:12 EDT

JÉRUSALEM - L'armée israélienne a découvert, lundi, les corps des trois adolescents portés disparus depuis un peu plus de deux semaines en Cisjordanie après avoir supposément été enlevés par des extrémistes du Hamas. La macabre découverte vient mettre fin à des recherches frénétiques ayant mené à la plus importante opération israélienne dans ce territoire palestinien en près d'une décennie, en plus de raviver les craintes quant à une reprise des affrontements avec le Hamas.

Après une réunion en compagnie de ses responsables de la sécurité, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a déclaré que le Hamas paierait un lourd prix pour la mort des trois adolescents. Réagissant dans un communiqué, M. Nétanyahou a déclaré que «le Hamas est responsable, le Hamas paiera». Il a ajouté que les adolescents «avaient été kidnappés et tués de sang-froid par des bêtes sauvages».

Eyal Yifrah, 19 ans, Gilad Shaar, 16 ans, et Naftali Fraenkel, lui aussi âgé de 16 ans et possédant la double nationalité israélienne et américaine, sont disparus alors qu'ils rentraient à pied chez eux après une randonnée près de la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 12 juin, et aucune autre nouvelle n'a été reçue d'eux depuis. Malgré les risques, la randonnée pédestre est populaire chez les Israéliens se déplaçant entre les colonies juives de Cisjordanie.

L'armée israélienne et le Service de sécurité intérieure (Shin Bet) ont annoncé lundi soir que les corps avaient été retrouvés. «Les dépouilles sont actuellement soumises à l'identification judiciaire. Les familles des enfants enlevés ont été averties», a fait savoir l'armée. Selon le Shin Bet, les corps avaient été enterrés dans un champ près du village de Halhul, tout juste au nord d'Hébron.

Israël a accusé le Hamas d'être responsable des enlèvements et a déclenché une vaste chasse à l'homme en Cisjordanie, arrêtant près de 400 agents du Hamas dans la foulée. La semaine dernière, l'État hébreu a identifié deux agents connus du groupe comme étant les principaux suspects. Les deux hommes étaient toujours en cavale lundi soir. De son côté, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a condamné les enlèvements, et ses forces ont collaboré étroitement avec Israël pendant les recherches.

M. Nétanyahou a toutefois demandé au leader palestinien de dissoudre le gouvernement d'unité nationale récemment formé avec le Hamas, affirmant qu'il était impossible de s'engager envers la paix tout en s'asseyant avec un groupe qui kidnappe des Israéliens. M. Abbas a jusqu'à maintenant refusé d'aller dans ce sens, soutenant que son nouveau gouvernement s'engageait à respecter son programme politique.

À Washington, le porte-parole de la Maison-Blanche, Josh Earnest, a déclaré que les États-Unis «condamnaient évidemment, dans les termes les plus sévères, les actes de violence qui coûtent la vie de civils innocents».

Tard lundi soir, des dizaines de soldats israéliens sont entrés dans le village d'Halhul. Aucun autre détail n'a été donné sur l'opération.

PLUS:pc