NOUVELLES

La Chine voit des "perspectives" en Somalie et y rouvre son ambassade

30/06/2014 06:35 EDT | Actualisé 30/08/2014 05:12 EDT

La Chine, premier partenaire commercial de l'Afrique, a annoncé lundi qu'elle allait rouvrir son ambassade à Mogadiscio, malgré l'instabilité politique en Somalie et la guérilla menée par les insurgés islamistes shebab.

Une mission diplomatique envoyée mardi par Pékin relancera l'activité de la chancellerie chinoise, dans ce pays qui offre de "nouvelles perspectives de développement", a indiqué Hong Lei, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

"La Somalie est le premier des pays d'Afrique de l'Est à avoir établi des relations diplomatiques avec la Chine. (Mais) la Chine y avait fermé son ambassade après l'éclatement de la guerre civile en 1991", a rappelé M. Hong.

"Puis en 2012 le processus de paix en Somalie a permis des avancées, avec la mise en place d'un gouvernement et d'un parlement pour la première fois en 21 ans", a-t-il relevé.

Après que les insurgés islamistes shebab eurent été contraints d'abandonner en août 2011 la capitale somalienne sous la pression d'une force militaire africaine, la sécurité s'était améliorée et le pays s'était doté en 2012 de nouvelles institutions: Parlement, président et gouvernement. La capitale reste néanmoins le théâtre d'attaques sanglantes, souvent des attentats suicide, qui visent les institutions étatiques, organisations internationales et représentations diplomatiques.

"On peut dire que la Somalie est entrée dans une nouvelle ère de reconstruction nationale qui offre aux relations bilatérales sino-somaliennes de nouvelles perspectives de développement", a affirmé Hong Lei.

Les échanges commerciaux entre la Chine et la Corne de l'Afrique existent depuis au moins le XVe siècle et ces dernières années les entreprises chinoises, d'Etat ou privées, ont investi massivement sur le continent noir, pour extraire du pétrole ou des matières premières, cultiver des terres ou construire des hôpitaux, des routes ou des barrages.

La Somalie recèle potentiellement de vastes réserves d'hydrocarbures, mais la guerre civile a donné un coup d'arrêt durable aux activités d'exploration.

Les shebab contrôlent toujours de larges zones rurales du pays et privilégient désormais la guérilla et les attentats, notamment à Mogadiscio. Au moins deux personnes ont été tuées et sept blessées lundi dans l'explosion d'une bombe sur un marché de la capitale somalienne.

seb/jug/hba

PLUS:hp