NOUVELLES

Mondial-2014 - Löw: "Si on déploie notre jeu et nos qualités..."

29/06/2014 03:35 EDT | Actualisé 29/08/2014 05:12 EDT

"Si on déploie notre jeu et nos qualités, on va gagner ce match", a assuré Joachim Löw, le sélectionneur de l'équipe d'Allemagne, à la veille du 8e de finale du Mondial-2014, lundi à Porto Alegre (17h00 locales, 20h00 GMT).

Q: Donnez-vous au 8e de finale une signification particulière en relation au "match de la honte" de 1982 ?

R: "Ce n'est pas du tout un sujet pour nous, on ne l'a même pas évoqué. Je sais qu'il est présent chez les Algériens, qu'ils essaient de motiver leur équipe avec cela, mais la plupart des joueurs algériens n'étaient même pas nés quand le match de Gijon s'est produit. Chez nous, seuls Klose et Weidenfeller étaient nés. Ca fait plus de 30 ans, ce n'est pas du tout un sujet pour nous".

Q: Pensez-vous déjà à un quart de finale contre la France ?

R: "La France n'est pas du tout dans nos esprits, celui qui veut faire l'impasse sur le 8e de finale fait une énorme erreur. On doit d'abord faire notre devoir demain, il faut avancer pas à pas, et non pas penser à d'éventuels adversaires. Je suis absolument concentré, comme l'équipe, qui a hâte de jouer. J'ai un bon sentiment. Si on déploie notre jeu et nos qualités, on va gagner ce match".

Q: Etes-vous surpris que l'Algérie se soit qualifiée plutôt que la Russie ?

R: "Pas totalement, parce que nous avions observé ses matches de préparation, on savait que ça pouvait être un adversaire. On connaissait sa forces, elle joue compact en défense, avec une grande solidarité et de très bons joueurs devant en un contre un. Nous l'avons considérée comme un des candidats pour les 8e de finale, et elle a battu la Corée du Sud et décroché le nul contre la Russie. Elle mérite d'être là".

Q: Connaissez-vous les adversaires au point de pouvoir les citer nommément ?

R: "Qu'on affronte une équipe européenne ou d'un autre continent, on se prépare toujours en observant les joueurs dans leur classe individuelle, on établit des profils, en fonction des postes plutôt que des noms. On connaît les Algériens depuis quelques années pour les avoir vus à la Coupe d'Afrique des nations. On sait qu'ils ont une forte influence française, beaucoup de joueurs ont été formés en France et certains y ont joué dans les équipes de jeunes. Leurs noms ne jouent pas un grand rôle, plutôt leurs qualités. Ils sont comme les Français, ils ont le rythme et aiment le duel".

Q: A Porto Alegre, il fait beaucoup plus frais que dans le Nordeste...

R: "Nous avons eu l'avantage d'être logés à côté de Salvador, on s'est habitué à la température, on n'a pas eu tant de problèmes avec la chaleur. Si c'est un avantage de jouer ici, je pourrai y répondre demain (lundi), mais pour l'instant, on a bien appréhendé ces questions climatiques et on a su s'y adapter".

Q: Le fait que Porto Alegre ait des racines allemandes peut-il compter pour le match?

R: "Je ne sais pas si nos supporters seront plus nombreux, et j'en doute, parce que l'Algérie en avait déjà 10.000 ici, et j'ai appris que 4000 tickets avaient été vendus à des supporters allemands. Leurs supporters ont soutenu leur équipe de manière très flamboyante, avec beaucoup d'enthousiasme, d'autant qu'ils ont atteint les 8e de finale pour la première fois".

Propos recueillis en conférence de presse

ybl/dhe

PLUS:hp