NOUVELLES

L'EIIL, un groupe combattant en Irak et Syrie, devient "Etat islamique"

29/06/2014 01:59 EDT | Actualisé 29/08/2014 05:12 EDT

L'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui combat à la fois en Irak et en Syrie et vient d'annoncer l'établissement d'un "califat islamique", est un groupe jihadiste radical sunnite qui est parvenu à recruter des milliers de combattants arabes et étrangers.

L'EIIL se fait désormais appeler "Etat islamique" après avoir supprimé de son sigle "Irak" et "Levant", et a désigné son chef Abou Bakr Al-Baghdadi comme "calife" et donc "chef des musulmans partout" dans le monde.

Voici une description de ce groupe:

--FONDATION --

- L'EIIL est une émanation de l'Etat islamique en Irak (ISI), branche irakienne d'Al-Qaïda dirigée par Abou Bakr al-Baghdadi.

En avril 2013, Baghdadi annonce que l'ISI et le Front al-Nosra, groupe jihadiste qui combat auprès des rebelles contre le régime en Syrie, fusionnent pour devenir l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Mais Al-Nosra refuse d'adhérer à cette nouvelle entité et les deux groupes commencent à opérer de façon séparée, avant qu'une guerre généralisée ne les oppose à partir de janvier en Syrie, pays frontalier de l'Irak.

L'EIIL a ouvertement contesté l'autorité du chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, et rejeté sa demande de se concentrer sur l'Irak et de laisser la Syrie au Front Al-Nosra.

-- EFFECTIFS --

- Charles Lister, chercheur au Brookings Doha Centre, estime que l'EIIL compte de 5.000 à 6.000 combattants en Irak et de 6.000 à 7.000 combattants en Syrie.

Ces chiffres n'ont pu être corroborés par d'autres sources.

-- NATIONALITES --

- En Syrie, la plupart des combattants sur le terrain sont des Syriens, mais les commandants viennent souvent de l'étranger et ont fait leurs armes en Irak, Tchétchénie, Afghanistan... En Irak, la plupart de ses combattants sont Irakiens.

Selon l'islamologue Romain Caillet, de l'Institut français du Proche-Orient, nombre des chefs militaires de l'EIIL sont Irakiens ou Libyens, tandis que ses meneurs religieux sont plutôt Saoudiens ou Tunisiens.

L'EIIL compte aussi des centaines de combattants francophones, dont des Français, des Belges et des Maghrébins.

-- IDEOLOGIE --

- L'EIIL n'a jamais fait allégeance au chef d'Al-Qaïda. Mais le groupe revendique la même idéologie jihadiste, et veut installer un Etat islamique dans une région située entre la Syrie et l'Irak.

-- PARRAINS --

- L'EIIL ne semble pas bénéficier du soutien ouvert d'un Etat, et selon des experts, le groupe est essentiellement soutenu par des donateurs individuels, pour la plupart dans le Golfe. En Irak, le groupe dépend en outre de personnalités tribales locales.

-- PRESENCE SUR LE TERRAIN --

L'EIIL a pris en janvier, avec d'autres groupes insurgés, le contrôle de Fallouja et de secteurs de Ramadi, à l'ouest de Bagdad.

Bénéficiant du soutien d'ex-officiers du président irakien Saddam Hussein, de groupes salafistes et de certaines tribus, l'EIIL a lancé le 9 juin une offensive fulgurante et mis la main sur Mossoul, deuxième ville d'Irak, une grande partie de sa province Ninive (nord), ainsi que des secteurs des provinces de Diyala (est), Salaheddine, Kirkouk et Al-Anbar (ouest).

Après une débandade aux premiers jours de l'offensive, les troupes irakiennes sont passées à la contre-attaque.

En Syrie, l'EIIL a fait de Raqa (nord) une "capitale" très organisée et contrôle une grande partie de la province de Deir Ezzor (ouest) ainsi que des positions dans celle d'Alep (nord).

Mais après avoir été initialement bien accueillis par certains rebelles syriens, le groupe a poussé par sa volonté d'hégémonie et les atrocités qui lui sont attribuées (enlèvement et exécution de civils et de rebelles de mouvements rivaux) l'ensemble des coalitions rebelles à retourner leurs armes contre lui.

bur-cco/tp/fcc

PLUS:hp