NOUVELLES

Le maire de Toronto, Rob Ford, doit rentrer lundi au travail après sa cure

29/06/2014 01:01 EDT | Actualisé 29/08/2014 05:12 EDT

TORONTO - Le maire de Toronto, Rob Ford, devrait revenir au bureau lundi, quittant une cure de désintoxication pour retourner sous les feux de la rampe après une absence de deux mois depuis qu'il a été forcé d'aller chercher de l'aide dans la foulée d'allégations de consommation d'alcool et de drogue.

M. Ford a déjà été aperçu dans une boutique de vêtements à Barrie, au nord de la métropole, où il s'est fait prendre en photo.

Une porte-parole du magasin a indiqué que le maire se trouvait sur place samedi après-midi, mais n'a pas donné plus de détails.

M. Ford envisage de reprendre ses fonctions politiques lundi après-midi — fonctions réduites comme peau de chagrin par le conseil municipal en novembre dernier à la suite de ses épisodes de consommation excessive et après avoir reconnu qu'il avait consommé du crack.

Mais avec moins de quatre mois à faire à son mandat, la majorité de l'attention se portera sur sa tentative de se faire réélire. Son frère Doug, un conseiller municipal devenu son chef de campagne, a indiqué que le maire continuerait de se battre pour remporter la bataille électorale du 27 octobre.

Toujours selon Doug Ford, le maire prononcera une déclaration à son retour, mais ne répondra pas aux questions.

Malgré sa cure, Rob Ford est toujours plongé dans la controverse. En plus d'une enquête policière en cours et de questions sur sa consommation de drogue, M. Ford est désormais sous le coup d'une plainte en matière d'éthique, à la suite d'informations voulant que les frères Ford eurent fait du lobbying au nom de deux entreprises liées à la compagnie familiale.

M. Ford a quitté pour se rendre en cure quelques heures après que le Globe and Mail eut signalé, le 30 avril, qu'un vendeur de drogue avait montré une nouvelle vidéo où M. Ford fumait ce qui serait du crack. Le Toronto Sun a quant à lui diffusé un enregistrement audio du maire se trouvant dans un bar, alors qu'il proférait des remarques homophobes et insultait une rivale dans la course électorale.

Plusieurs conseillers municipaux ont souligné à quel point l'hôtel de ville était calme depuis le départ du maire.

PLUS:pc