POLITIQUE

Denis Savard, ex-vérificateur interne controversé à la Ville de Montréal, a enquêté pour la commission Charbonneau

29/06/2014 09:50 EDT | Actualisé 30/06/2014 06:40 EDT
CEIC

L’ex-contrôleur général par intérim de Montréal et ancien vérificateur interne qui avait entre autres défrayé les manchettes dans le dossier des compteurs d’eau, Denis Savard, a obtenu un contrat d’enquêteur pour la commission Charbonneau, a appris Le Huffington Post Québec.

«La Commission a engagé monsieur Denis Savard pour lui fournir des services d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction», a confirmé via courriel Richard Bourdon, directeur des communications pour la Commission.

Pour obtenir les services de Denis Savard, la commission a dû lui verser un montant de 88 820,75 $. Cette somme a été allouée par l’entremise d’une compagnie à numéro fondée le 24 septembre 2012 et dont les deux actionnaires sont Denis Savard et France Beaupré.

Selon les informations disponibles sur le Registraire des entreprises du Québec, Savard Beaupré CPA est un bureau de comptables qui offre des services de «consultation en administration et en comptabilité.»

Or, il semble que les honoraires de Denis Savard ont été payés par l’entremise de sa compagnie à sa demande, confirme la Commission. «Suite à une demande de monsieur Savard, la Commission a accepté de verser ses honoraires à sa compagnie. Le contrat a été accordé de gré à gré conformément aux dispositions de l’article 42.1 du Règlement sur les contrats de services des organismes publics», poursuit Richard Bourdon, directeur des communications.

Critiqué à Montréal

On se rappellera que le nom de Denis Savard avait fait les manchettes, en 2009, dans l’ensemble du scandale des compteurs d’eau à la Ville de Montréal.

À l’époque vérificateur interne pour la métropole, Denis Savard avait été vertement critiqué entre autres par l’ex-vérificateur général, Jacques Bergeron, pour ne pas avoir supervisé le processus de qualification du contrat des compteurs d’eau, alors qu’il avait accepté de le faire à titre d’«observateur neutre».

L’ex-vérificateur général avait également reproché à Denis Savard d’avoir induit en erreur les conseillers municipaux lorsqu’ils avaient voté pour l’attribution du contrat des compteurs d’eau au consortium GÉNIeau, codirigé par l’homme d’affaires Tony Accurso. Les conseillers croyaient que Denis Savard avait donné son aval au projet à titre de vérificateur interne à la Ville.

À la suite de ces révélations, en novembre 2009, la Ville avait officiellement ouvert une enquête sur Denis Savard. Or, comme il s’agissait d’une enquête interne, les conclusions sont restées à l’interne et n’ont pas été dévoilées, révélait La Presse en 2011. «Il n'y a rien eu de négatif à l'égard de M. Savard», avait alors assuré un porte-parole de la Ville au quotidien.

Denis Savard a été nommé par la suite contrôleur général par intérim par l’ancienne administration Tremblay sous le feu des critiques des partis de l’opposition à l’Hôtel de Ville, en avril 2011.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref