NOUVELLES

Une année de repêchage de maigre pitance pour la LHJMQ, avec 17 espoirs réclamés

28/06/2014 03:52 EDT | Actualisé 28/08/2014 05:12 EDT

PHILADELPHIE - Ç'a été une année de maigre pitance pour la LHJMQ au repêchage de la LNH, à Philadelphie. Seulement 17 joueurs ont trouvé preneur. C'est la plus faible récolte en 24 ans, soit depuis la séance de 1990, quand 14 jeunes de la ligue avaient été réclamés.

Des 17 appelés, 11 sont des Québécois pure laine. Les années se suivent mais ne se ressemblent pas. L'an dernier, 24 Québécois avaient été choisis. C'était le meilleur total des 15 dernières années.

Il y a eu trois Européens, deux espoirs originaires des Maritimes et un des États-Unis.

L'insigne honneur d'être le premier Québécois choisi est allé à Nicolas Aubé-Kubel des Foreurs de Val-d'Or, que les Flyers de Philadelphie ont appelé au 48e rang. Aubé-Kubel est né en Alberta, mais c'est un produit «fabriqué au Québec» puisqu'il demeure à Sorel depuis l'âge de deux ans.

«J'accorde de l'importance à ça (d'être le premier Québécois choisi) parce que pendant plusieurs années, j'ai été derrière ces gars-là, a souligné Aubé-Kubel. De sortir avant eux aujourd'hui, ça prouve que je n'ai pas lâché.»

Aubé-Kubel s'est remémoré les saisons dans les rangs midget AAA au cours desquelles il évoluait au sein de troisième et de quatrième trios ou qu'il n'était presque pas utilisé.

«J'ai remonté la pente et je joue maintenant sur le premier trio. Les dirigeants des Foreurs m'ont fourni l'occasion et j'ai prouvé que j'étais capable de relever le défi. J'estime que les bonnes séries éliminatoires et le bon tournoi de la Coupe Memorial que j'ai connus m'ont permis d'améliorer ma cote auprès des recruteurs.»

Aubé-Kubel était ravi de faire sa rentrée dans une organisation qui n'hésite jamais à faire confiance au talent québécois.

«Je vais vite me faire des amis au camp qui vont parler français, a-t-il dit. C'est malade d'être repêché par l'équipe hôte. J'enfilais le chandail et j'entendais les amateurs crier dans les gradins, c'était vraiment fou.»

Après Aubé-Kubel, il a fallu patienter jusqu'au quatrième tour avant qu'un autre espoir du Québec ne soit réclamé. Les Sharks de San Jose ont fait du défenseur Alexis Vanier, du Drakkar de Baie-Comeau, le 102e choix au total.

Ont suivi l'attaquant Julien Pelletier, des Screaming Eagles du Cap-Breton, chez les Blue Jackets de Columbus (107e) et l'ailier gauche Alexis Pépin, des Olympiques de Gatineau, chez l'Avalanche du Colorado (114e).

Au début du deuxième tour, les Blues de St. Louis ont sélectionné l'attaquant russe Ivan Barbashev, des Wildcats de Moncton (33e) et les Flames de Calgary ont fait de Mason McDonald, des Islanders de Charlottetown, le tout premier gardien réclamé de la séance (34e).

En cinquième ronde, le Canadien a repêché un Québécois de la LHJMQ pour la quatrième année de suite, soit Daniel Audette au 147e échelon. Audette est le fils de Donald Audette, ancien porte-couleur du CH qui oeuvre pour l'organisation à titre de recruteur.

En sixième ronde (176e), l'attaquant Samuel Blais des Tigres de Victoriaville a été appelé par les Blues.

En septième (183e), les Oilers d'Edmonton ont fait la journée du gardien Keven Bouchard, des Foreurs. Les Sénateurs d'Ottawa ont jeté leur dévolu sur l'attaquant Francis Perron, des Huskies de Rouyn-Noranda (190e).

Le défenseur Olivier Leblanc, des Sea Dogs de Saint-Jean, et l'attaquant Julien Nantel, des Huskies, ont complété la récolte québécoise, aux 197e et 204e échelons respectivement.

Les Blue Jackets (Leblanc) et l'Avalanche (Nantel) ont puisé pour la deuxième fois de la journée dans le bassin québécois.

Vendredi soir, à l'occasion du premier tour, le Danois Nikolaj Ehlers, des Mooseheads de Halifax, avait été le seul représentant de la LHJMQ choisi, par les Jets de Winnipeg au neuvième rang.

PLUS:pc