NOUVELLES

MotoGP - Grand Prix des Pays-Bas - Marquez, 200 au compteur

28/06/2014 12:04 EDT | Actualisé 28/08/2014 05:12 EDT

Marc Marquez (Honda), le maître actuel de la MotoGP, a poursuivi sa marche triomphale samedi à Assen au Grand Prix des Pays-Bas, signant un huitième succès en autant de courses cette année, soit un compteur à 200 points au classement général et une entrée, déjà, dans la cour des très grands.

Le dernier à avoir réalisé cet exploit dans la catégorie reine de la moto, en 1971, n'est autre que l'Italien Giacomo Agostini, 15 fois champion du monde toutes catégories confondues. Le "Campionissimo" avait même fait mieux, mais sur deux saisons, en 1968 et 1969, avec 20 victoires consécutives.

Ce carton plein permet au jeune Espagnol de 21 ans, champion du monde en titre, d'atteindre les 200 points au classement général, reléguant son coéquipier et compatriote Dani Pedrosa (3e samedi) et l'Italien Valentino Rossi à 72 points, soit le bénéfice de près de trois victoires.

Rossi, victorieux l'an passé à Assen, pour son seul succès 2013, semblait pouvoir troubler la domination de Marquez, sur un tracé où il avait déjà signé six victoires, un record partagé là aussi avec Agostini. Mais la proximité de la mer du Nord offre toujours son lot de surprises sur ce tracé rapide.

- Une météo capricieuse -

Samedi, à quelques minutes du départ, la pluie a fait son apparition, retardant l'échéance. Rossi, qui avait raté ses essais, déjà en raison d'une averse, et partait de la 4e ligne, a décidé néanmoins de partir en slick. Avant de changer d'avis, et d'être autorisé à partir en pneus pluie, mais depuis les stands...

La course était donc perdue d'avance pour le nonuple champion du monde, pointé 19e au premier tour, et auteur de ces remontées dont il a le secret pour terminer 5e.

Devant, Marquez, parti en première ligne, a passé le premier virage en tête pour la conserver pendant cinq tours, et donner le signal du retour au stand pour changer de monture! La piste ayant séché, il devenait urgent pour les pilotes de repartir sur leur deuxième moto, équipée en pneus lisses.

A ce petit jeu, c'est un Marquez "bondissant" d'une selle à l'autre qui a probablement perdu le moins de temps. Sans attendre que ses nouveaux pneus soient à température, il est reparti gaz grand ouvert, perdant une pièce de carénage de sa moto et s'offrant un tout droit, à la grande satisfaction d'Andrea Dovizioso qui prenait alors la tête.

Son capital de 4 secondes d'avance sur Marquez lui aura permis de mener la course jusqu'à 10 tours de l'arrivée. Mais c'est alors que le Catalan, sans coup férir, lui a "fait l'intérieur" pour s'enfuir vers un huitième succès.

- Doublé des Marquez -

La course a été marquée aussi par la contre-performance de l'Espagnol Jorge Lorenzo, longtemps hors des points, qui termine 13e sur sa Yamaha officielle.

Crédité d'un début de saison catastrophique, mais auteur d'un retour éblouissant au Mugello et en Catalogne, le Majorquin double champion du monde (2010 et 2012) n'a jamais paru en mesure d'élever le ton. Il perd sa 4e place au classement général au profit de Dovizioso, dauphin de Marquez samedi.

En Moto2, le leader du Championnat, l'Espagnol Esteve Rabat, a également fait une course en demi-teinte, terminant seulement huitième et laissant se rapprocher son coéquipier Mika Kallio au classement général, à 26 points. Les conditions piégeuses de la piste ont permis à l'Australien Anthony West, 32 ans, de signer le deuxième succès de sa carrière devant Maverick Vinales, champion du monde Moto3 sortant, et Kallio.

En Moto3, la chance n'a pas non plus souri au leader du Championnat, l'Australien Jack Miller, qui a chuté au premier tour alors qu'il était en tête. Son principal concurrent pour le titre, l'Italien Romano Fenati, est également parti à la faute, laissant le cadet des Marquez, Alex, offrir une seconde victoire à sa famille, comme à Barcelone déjà, à la mi-juin.

syd/ol/gv

PLUS:hp