NOUVELLES

Mondial/Grèce - Fernando Santos: "Pas une occasion en or"

28/06/2014 07:42 EDT | Actualisé 28/08/2014 05:12 EDT

Le sélectionneur portugais de la Grèce Fernando Santos a estimé samedi que le 8e de finale de dimanche face au Costa-Rica n'était "pas une occasion en or" pour son équipe, réservant ce qualificatif à une éventuelle finale.

Q: A quel genre de match vous attendez-vous ?

R: "Je m'attends à un match très dur. Les Costariciens ont montré qu'ils étaient forts. C'est une équipe au vrai sens du terme, très bien organisée. De notre côté, nous sommes prêts. On veut avancer et pour cela on doit être meilleurs qu'eux. Je pense qu'on peut y arriver."

Q: Il n'y a déjà plus beaucoup d'équipes européennes en course. Ressentez-vous une responsabilité particulière ?

R: "Non. On n'a rien à voir avec les autres équipes qui sont éliminées. On est responsable de nous-mêmes. On veut faire plus et ce qui nous intéresse c'est d'obtenir plus de respect et de reconnaissance pour le foot grec. C'est ce qu'on essaie de faire à chaque match."

Q: Le Costa-Rica est arrivée au Brésil comme une équipe inconnue. Avez-vous pu vous renseigner sur cette équipe ?

R: "Ils ne sont pas vraiment inconnus. Je les connaissais bien. Ils ont été discrédités par de nombreux observateurs qui ne parlaient que de trois champions du monde, se battant pour deux places dans le groupe D. Ca me rappelle ce qui est arrivé à la Grèce en 2004. C'est une raison de plus pour savoir qu'on doit se méfier d'eux. Ils sont là parce qu'ils forment une grande équipe."

Q: Votre contrat se termine lundi. Qu'allez-vous faire si la Grèce est qualifiée ?

R: "Ca arrive. Les contrats en foot sont comme ça, ils se terminent le 30 juin. Je ne suis sans doute pas le seul. Il y a une clause qui dit que si l'équipe est qualifiée, on continue. C'est comme ça."

Q: Les deux équipes sont plutôt défensives et fortes en contre. A quel match faut-il s'attendre ?

R: "Ce sont deux équipes qui sont assez proches, même s'ils jouent avec cinq défenseurs et pas nous. On ne peut pas juste attendre de bonnes contre-attaques. On attaquera, mais en faisant attention à leurs propres contre-attaques."

Q: Avez-vous le sentiment que c'est une occasion en or pour la Grèce ?

R: "Ce n'est pas encore la finale, donc ce n'est pas une occasion en or. Une occasion en or, c'est jouer la finale. Là, c'est une bonne occasion, pour deux équipes qui n'ont pas une grande histoire dans cette compétition."

Propos recueillis en conférence de presse

stt/sk

PLUS:hp