NOUVELLES

Un criminologue déplore une culture d'impunité à la GRC

27/06/2014 06:47 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

TORONTO - Le nombre record d'affaires disciplinaires à la Gendarmerie royale du Canada (GRC), allant de relations sexuelles dans les voitures de police, à la parjure en passant par les voies de fait sur des civils, est représentatif d'un problème plus large de la police canadienne, a soutenu, vendredi, un criminologue.

Aux racines du problème, selon le professeur Darryl Davies de l'Université Carleton à Ottawa, se retrouvent une formation inadéquate, un manque de reddition de comptes, et une culture d'impunité des agents protégés par de puissants syndicats «militants».

M. Davies a dit croire que le sentiment d'impunité était trop répandu, «pas seulement à la GRC, mais à travers le pays».

Le nouveau rapport de l’agent d’intégrité professionnelle (AIP) de la GRC, publié cette semaine, fait état d'un nombre record de 104 affaires disciplinaires formelles en 2012-2013, notamment pour alcool au volant et pour avoir ignoré une assignation à comparaître.

L'agent d’intégrité professionnelle, Craig MacMillan, a indiqué dans son rapport que le nombre plus important de dossiers résultait probablement d'un nouvel effort du commissaire de la GRC Bob Paulson — comptant un mandat gouvernemental plus fort — pour s'attaquer à ces problèmes disciplinaires.

Dans la plupart des cas, les sanctions représentaient un blâme et une perte de jours de salaire allant jusqu'à dix jours. Un sergent, accusé de fraude pour l'usage inapproprié d'une carte pour l'essence du gouvernement, a été ordonné de démissionner.

M. Davies a jugé «plutôt troublants» le nombre et la portée des infractions. Selon lui, la solution passe par une meilleure formation et par l'élimination d'une sous-culture qui ferait en sorte que les agents placent la loyauté les uns envers les autres avant le devoir public relié à leur profession.

PLUS:pc