NOUVELLES

Mondial 2014: l'Algérie en plein rêve se prépare à punir l'Allemagne

27/06/2014 09:43 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

Après sa qualification historique pour les 8e de finale de la coupe du monde, la sélection algérienne rêve désormais de "punir" l'Allemagne coupable à ses yeux d'un "match de la honte" avec l'Autriche qui avait privé l'Algérie d'un second tour en 1982 en Espagne.

"Mazal, mazal, mazal l'Allemagne" (il reste, il reste, il reste encore l'Allemagne"), scandaient jeudi soir les supporters algériens quand les Fennecs eurent composté leur ticket de qualification après le match nul (1-1) face à la Russie.

Le quotidien Al-Chourouq appelle carrément à se venger de ces Allemands qui "avaient volé le rêve des Algériens" au moyen d'une "représentation qui demeure l'une des pages les plus sombres de l'histoire du Mondial".

Avec une victoire inattendue (2-1) contre la RFA il y a 32 ans, l'Algérie fut le premier pays africain à battre une nation européenne en phase finale de la Coupe du monde.

Les Madjer, Belloumi, Assad, vaillants combattants évoluant dans le championnat local avec des salaires de petits fonctionnaires, auraient même pu se qualifier pour le tour suivant. Mais il y eut ce "match de la honte" entre "cousins germains", (victoire de la RFA, 1-0) qui se seraient entendus pour ce résultat afin d'éliminer l'Algérie à la différence de buts.

C'est depuis lors que la règle a changé et que les équipes d'une même poule jouent à la même heure leur dernier match.

"La génération d'exception de 1982 avait été privée de la qualification en dépit de deux succès contre l'Allemagne (2-1) et le Chili (3-2)à la suite du +match de la honte+ entre les deux cousins germains, la RFA et l'Autriche (1-0)", rappelait vendredi le quotidien El Watan.

"Comme on se retrouve!" taclait finement Liberté alors que la Nationalmannschaft, première du groupe G et un des principaux favoris de la compétition, souhaiterait de son côté effacer la défaite de 1982. Un souvenir figé que les Algériens ne cessent de rappeler comme un défi à l'entraîneur Vahid Halilhodzic

"On n'a pas oublié, on parle tout le temps de ce match de 1982, l'histoire se répète après 32 ans", note coach Vahid.

Son adjoint, l'ex-défenseur Nourredine Kourichi faisait alors partie de l'équipe qui avait battu la RFA. "Nous allons préparer le match des huitièmes face à l'Allemagne avec professionnalisme, ce sera un match historique, à nous de rendre les joueurs héroïques", dit-il sans animosité

- "Rien à perdre" -

Avec six buts marqués faisant de leur sélection la première équipe africaine à marquer quatre fois lors d'un match de coupe du monde (4-2 face à la Corée du Sud), les Fennecs semblent désormais goûter aux vertus de l'attaque et de la générosité dans l'effort, le jeu défensif les ayant desservi contre la Belgique (1-2).

Pour le buteur Islam Slimani, "nous n'aurons rien à perdre face à l'Allemagne". "Nous devons penser à l'Allemagne et la nécessité de réaliser un bon match et pourquoi pas créer l'exploit, car on n'aura rien à perdre", confirme le défenseur Djamel Mesbah.

Le milieu Safir Taïder se projette même sur les quarts de finale: "Face à l'Allemagne, nous allons tenter de gagner pour pouvoir ensuite rencontrer éventuellement la France en quarts de finale au stade Maracana".

"Contre l'Allemagne, on sera la petite équipe contre la grande et les supporteurs brésiliens vont être de notre côté. On va tout faire pour ne pas les décevoir", promet Vahid Halilhodzic.

Un pari fou face à une Allemagne au jeu très élaboré et disposant en Thomas Müller d'un des meilleurs buteurs du tournoi.

"La joie sera totale et absolue si on bat les Allemands qui nous ont piqué notre victoire en 1982 en trichant", lançait Saïd, un octogénaire interrogé par l'AFP.

ao-amb/dhe

PLUS:hp