NOUVELLES

L'Ukraine a signé un pacte économique et commercial avec l'Union européenne

27/06/2014 06:04 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

BRUXELLES - Le président ukrainien Petro Porochenko a signé vendredi un pacte économique et commercial avec l'Union européenne (UE) qui rapproche son pays de l'orbite européenne en dépit de l'opposition de la Russie, qui a prévenu de possibles conséquences économiques.

«Quel grand jour!, a lancé M. Porochenko à Bruxelles. C'est peut-être le jour le plus important pour mon pays depuis l'indépendance» face à l'Union soviétique en 1991.

La Russie s'oppose depuis longtemps à un rapprochement entre l'UE et l'Ukraine. Moscou craint la réduction de son influence auprès de son voisin stratégique, qu'il considère comme le lieu de naissance de l'État russe et de la chrétienté orthodoxe russe.

La rencontre de vendredi a aussi été le théâtre de la signature d'accords similaires entre l'UE et deux anciennes républiques soviétiques, la Moldavie et la Géorgie.

«Il y aura certainement des conséquences graves pour l'Ukraine et la Moldavie», a dit le ministre adjoint russe des Affaires étrangères, Grigori Karasin.

Vendredi, toujours, des célébrations ont été organisées sur la Place de l'indépendance, à Kiev, où les manifestations avaient débuté contre le président prorusse de l'époque, Viktor Ianoukovitch, manifestations qui entraîneraient éventuellement sa chute et le début de la crise ukrainienne. Des ballons bleus — la couleur du drapeau européen — ont été relâchés et se sont élevés au-dessus d'une foule de plusieurs centaines de personnes, alors qu'un groupe rock jouait une version endiablée de l'hymne national européen, l'«Hymne à la joie» de la neuvième symphonie de Beethoven. La foule était bien moins importante que les milliers ayant occupé la place au plus fort des manifestations.

De la pluie intermittente, des gens quittant la ville en prévision d'une longue fin de semaine de congé, et de l'incertitude à propos du conflit dans l'Est ont eu un effet dissuasif sur la foule.

Dans un discours, le président Porochenko a rappelé aux leaders européens la mémoire des nombreux Ukrainiens morts en s'opposant au gouvernement Ianoukovitch et dans la bataille faisant toujours rage contre l'insurrection.

«L'Ukraine a payé le prix le plus élevé pour faire de son rêve européen une réalité», a-t-il dit, réclamant à ses homologues un engagement formel de la possibilité que Kiev rejoigne un jour l'UE.

Les leaders européens ont décidé, plus tard vendredi, de ne pas imposer de nouvelles sanctions à la Russie pour ses agissements en Ukraine. Ils ont toutefois prévenu que de nouvelles sanctions sont prêtes à être infligées immédiatement, avant d'exiger du président russe Vladimir Poutine et des rebelles prorusses des mesures pour améliorer la situation dans l'est de l'Ukraine.

Ils réclament notamment le retour de trois postes frontaliers à l'Ukraine, la libération de tous les prisonniers et l'ouverture de négociations portant sur le plan de paix de M. Porochenko. Les nouvelles sanctions pourraient être imposées dès mardi.

Les entreprises des trois pays dont les biens et services répondent aux normes européennes pourront commercer librement dans les 28 pays du bloc économique, sans restrictions ou tarifs. De même, les biens et services européens pourront être écoulés plus facilement en Ukraine, en Moldavie et en Géorgie.

«C'est une perspective complètement nouvelle pour mon pays», a dit M. Porochenko.

«Il n'y a rien dans ces accords ou dans l'approche de l'Union européenne qui puisse nuire à la Russie de quelque façon que ce soit», a dit le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy.

Le président Poutine n'a pas immédiatement réagi à la signature de l'accord, mais il a déjà témoigné de son désir de désescalader le conflit. M. Porochenko a instauré un cessez-le-feu unilatéral la semaine dernière, et il doit décider au cours des prochaines heures de le prolonger ou non.

«La chose la plus importante est de garantir un cessez-le-feu à long terme comme précondition à la tenue de pourparlers importants entre les autorités de Kiev et les représentants du sud-est de l'Ukraine», a dit M. Poutine vendredi.

Des experts de la Commission européenne estiment que la mise en oeuvre de l'accord devrait accroître le revenu national de l'Ukraine d'environ 1,2 milliard d'euros (1,6 milliard $ US) par an. L'entente s'accompagne d'un plan de 10 ans pour permettre à l'Ukraine de se conformer à la réglementation européenne des produits — des règles qui facilitent les échanges commerciaux au-delà de l'Europe.

L'entente imposera aussi à l'Ukraine d'adopter les règles européennes en ce qui concerne les contrats gouvernementaux, la concurrence et la propriété intellectuelle, ce qui stimulera l'économie en la rendant plus attrayante pour les investisseurs et en réduisant la corruption.

M. Porochenko a promis que son pays sera un jour en mesure de devenir un membre à part entière de l'Union européenne.

Par ailleurs, l'ONU a indiqué vendredi que quelque 110 000 Ukrainiens ont fui vers la Russie depuis le début de l'année et que 54 000 autres ont été chassés de leurs domiciles, sans pour autant quitter le pays, par les combats entre forces gouvernementales et insurgés prorusses dans l'Est.

Seulement 9500 personnes ont officiellement demandé le statut de réfugié en Russie, contre 750 en Pologne, au Bélarus, en République tchèque et en Roumanie, selon l'agence onusienne des réfugiés.

PLUS:pc