NOUVELLES

L'ONU alarmée par la répression israélienne après la disparition des trois jeunes

27/06/2014 11:47 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme s'est dit vendredi alarmé par la répression et les pertes de vie causées par les opérations israéliennes lancées par l'armée pour retrouver les trois Israéliens disparus le 12 juin.

"Nous sommes alarmés par les pertes de vie, et la forte augmentation des tensions en Cisjordanie occupée, particulièrement dans et autour d'Hébron, à la suite des opérations israéliennes", a déclaré un porte-parole du Haut-Commissariat, Rupert Colville, au cours d'un point de presse à Genève.

Six Palestiniens, dont deux adolescents, ont été tués par les forces israéliennes, au cours des deux dernières semaines, a-t-il indiqué.

En outre, "depuis le 12 juin, environ 500 Palestiniens ont été arrêtés, des centaines de maisons ont été fouillées; des médias, universités et organisations d'aide sociale ont été perquisitionnés", a-t-il déploré.

"Nous appelons à des enquêtes rapides et exhaustives (...) dans les cas où il y a eu un usage excessif de la force", a-t-il ajouté.

Les trois étudiants d'écoles religieuses juives ont disparu le 12 juin alors qu'ils faisaient de l'auto-stop près du Goush Etzion, un bloc de colonies en Cisjordanie occupée, situé entre les villes palestiniennes de Bethléem et d'Hébron.

Aucun signe de vie des trois jeunes n'a été détecté depuis leur disparition.

En conséquence, l'armée israélienne a lancé l'opération "Gardien de nos frères" son plus important déploiement en Cisjordanie depuis la fin de la deuxième Intifada en 2005. Les recherches se concentrent dans la région d'Hébron, la plus grande ville de Cisjordanie.

La majorité des personnes arrêtées sont des membres du Hamas, qui a nié être impliqué dans la disparition des trois adolescents.

La tension est montée à la frontière entre la bande de Gaza et Israël à la suite de l'enlèvement des trois jeunes Israéliens dans le sud de la Cisjordanie occupée.

S'il n'y a pas eu récemment plus d'attentats à la bombe près de Gaza, les tirs de roquettes contre Israël se sont multipliés au cours des dernières semaines, provoquant des raids aériens israéliens en représailles.

"Nous répétons notre appel aux acteurs concernés pour qu'ils respectent strictement le droit international", a dit M. Colville.

"Nous espérons un retour immédiat" des trois jeunes disparus, a-t-il ajouté, précisant que le Haut-Commissaire adjoint aux droits de l'homme avait rencontré leurs mères cette semaine à Genève.

apo/jwf/sym

PLUS:hp