NOUVELLES

Irak: le contrôle kurde de Kirkouk ne saurait être remis en cause (Barzani)

27/06/2014 07:18 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

Le président de la région autonome du Kurdistan irakien Massoud Barzani a déclaré vendredi que le contrôle par ses forces de la ville pétrolifère de Kirkouk, au nord de Bagdad, ne saurait être remis en cause.

"Maintenant, c'est fini", a-t-il dit à la presse, en référence à la dispute opposant de longue date le pouvoir central à Bagdad et le Kurdistan au sujet de la ville multiethnique de Kirkouk.

Les forces kurdes ont pris le 12 juin le contrôle de la ville après le retrait de l'armée devant la progression des insurgés sunnites en Irak.

"Il y avait des forces irakiennes dans ces zones, puis il y a eu un vide sécuritaire, et les Peshmergas (les forces kurdes, ndlr) sont venues combler ce vide", a déclaré M. Barzani lors d'une conférence de presse conjointe avec le chef de la diplomatie britannique William Hague en visite en Irak.

"Nous avons laissé dix ans au gouvernement fédéral pour résoudre les problèmes de ces zones" disputées, a-t-il ajouté.

Les territoires en question s'étendent de la frontière irako-iranienne jusqu'à la frontière avec la Syrie.

Selon des analyses et diplomates, les nombreuses disputes entre Bagdad et le Kurdistan, notamment la volonté des Kurdes d'exporter du pétrole sans passer par le gouvernement central, représentent depuis longtemps une menace sérieuse pour la stabilité de l'Irak.

str-mah/psr/wd/emb/faa

PLUS:hp