NOUVELLES

É.-U.: de nouveaux vols sont prévus pour transporter des migrants illégaux

27/06/2014 08:40 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

SAN DIEGO - Les services frontaliers américains ont annoncé vendredi qu'ils allaient de l'avant avec leur plan de faire prendre l'avion à des migrants d'Amérique Centrale pour les envoyer de la vallée du Rio Grande vers la Californie du sud et deux villes frontalières du Texas pour aider à alléger ce que le président Barack Obama a qualifié de crise humanitaire.

L'agence fédérale a indiqué par communiqué qu'elle prévoyait transporter des adultes et des enfants vers les villes de Laredo et d'El Paso, au Texas, ainsi qu'à San Diego et El Centro en Californie du sud. L'annonce de vendredi survient moins d'une semaine après que l'agence eut annulé les vols en direction de la Californie. Des responsables n'ont pas publié de détails supplémentaires. Il est impossible de savoir lorsque débuteront les vols, ou encore le nombre de migrants qui seront transportés par l'État.

Paul Beeson, le chef des patrouilleurs frontaliers pour le secteur de San Diego, a confié la semaine dernière à l'Associated Press que le plan consistait, alors, en deux vols de 140 passagers seulement. Ces vols devaient se poursuivre à tous les trois jours, en transportant majoritairement des familles avec des enfants et quelques adultes. Une fois que ces migrants auront été enregistrés, le département de l'Immigration décidera de l'identité des gens pouvant être relâchés en attendant les procédures de déportation.

Des milliers de familles et d'enfants seuls provenant d'Amérique Centrale sont arrivés aux États-Unis depuis les derniers mois, alors qu'ils fuient la violence, les meurtres et l'extorsion de la part des gangs criminels du Guatemala, du Salvador et du Honduras. Plusieurs d'entre eux ont l'impression qu'ils obtiendront la clémence des autorités américaines à leur arrivée aux États-Unis.

Plus de 52 000 enfants, dont une majorité sont originaires d'Amérique Centrale, ont été détenus depuis octobre. La vaste majorité d'entre eux ont été capturés dans la région de la vallée du Rio Grande, au Texas. Puisque les responsables n'ont plus de place pour les installer là-bas, ils ont commencé à libérer des familles d'immigrants en leur disant de se rapporter après une quinzaine de jours. Plus tard, d'autres responsables ont transféré des centaines d'enfants en Arizona pour y être enregistrés.

Plusieurs nouveaux centres de détention doivent ouvrir leurs portes pour gérer l'afflux de femmes et d'enfants fuyant l'Amérique Centrale.

L'annonce de ces constructions a suscité la crainte et la colère des communautés craignant que les immigrants n'apportent des maladies avec eux, ne drainent les finances locales, ne s'enfuient et ne fassent augmenter le taux de criminalité.

Un important responsable des services d'immigration a indiqué à l'Associated Press, lors d'une visite d'un nouveau centre de détention au Nouveau-Mexique, jeudi, que les autorités locales visaient à déporter les immigrants en 10 à 15 jours pour envoyer un message à leurs pays d'origines qu'il y a des conséquences à l'immigration illégale.

Avec ce nouveau centre, les femmes arrêtées alors qu'elles franchissent la frontière avec des enfants ne seront pas relâchées, mais plutôt détenues et enregistrées rapidement, soit une étape vers la position du département dont la politique est de ne pas libérer les familles et de déporter ceux ne possédant pas la permission d'entrer légalement aux États-Unis.

PLUS:pc