NOUVELLES

Somalie: les shebab attaquent une base de la force africaine, 2 soldats djiboutiens tués (Amisom)

26/06/2014 05:24 EDT | Actualisé 26/08/2014 05:12 EDT

Deux soldats djiboutiens de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom) ont été tués jeudi lors de l'attaque de leur base, revendiquée par les insurgés islamistes somaliens shebab liés à Al-Qaïda, a annoncé l'Amisom.

L'attaque a été perpétrée "vers 07H00" (04H00 GMT) à Buula Burde (centre, environ 200 km au nord de Mogadiscio) par deux hommes "vêtus d'uniformes de l'armée somalienne", selon un porte-parole de l'Amisom, Eloi Yao.

"Deux soldats djiboutiens ont été tués", a-t-il affirmé, précisant que les deux assaillants avaient également péri.

Les assaillants n'ont pas réussi à entrer dans le complexe abritant le contingent djiboutien, a-t-il précisé: "il y a eu un échange de tirs au point de contrôle, les deux soldats djiboutiens ont été tués durant cet échange ainsi que les deux assaillants", qui n'étaient pas ceints d'explosifs.

Les shebab ont revendiqué cette attaque, assurant avoir pénétré dans l'hôtel de Buula Burde où est basé le contingent djiboutien.

"Le quartier général (de l'Amisom) dans la zone a été attaqué, ces attaques vont se poursuivre", a déclaré à l'AFP un porte-parole des islamistes, Abdulaziz Abu Musab, affirmant que six soldats de l'Amisom avaient péri.

Des habitants ont raconté avoir entendu à l'aube une forte explosion, suivie d'une intense fusillade et d'autres explosions.

"Il y a eu une puissante explosion avant que des échanges de tirs n'éclatent", a dit Ahmed Abdirisak, un résident. La fusillade "a continué pendant environ une heure (...) il y a plusieurs corps dispersés", a déclaré un autre habitant, Hassan Mohamed.

Les shebab attaquent sans relâche des représentants du gouvernement somalien et l'Amisom, dont les effectifs ont été portés à environ 22.000 hommes en janvier.

Le contingent djiboutien de Buula Burde avait déjà été visé mi-mars par un attentat suicide qui avait tué cinq militaires, selon la presse djiboutienne, quelques jours après avoir repris la localité aux islamistes.

Les shebab avaient également revendiqué un attentat suicide en mai contre un restaurant de Djibouti et avaient enjoint le président djiboutien à rapatrier ses soldats de Somalie.

Depuis qu'ils ont été chassés de Mogadiscio en août 2011, les shebab ont abandonné un à un la quasi-totalité de leurs bastions du sud et du centre de la Somalie. Ils contrôlent néanmoins encore de vastes zones rurales et, face à la supériorité militaire de l'Amisom, ont délaissé le combat conventionnel pour la guérilla et les attentats, notamment à Mogadiscio.

nur-amu-pjm-ayv/tmo/mba

PLUS:hp