NOUVELLES

Pérou : fronde contre l'assouplissement des normes imposées aux compagnies minières

26/06/2014 12:21 EDT | Actualisé 26/08/2014 05:12 EDT

Organisations écologistes et indigènes sont sur le pied de guerre au Pérou, où le gouvernement de président de gauche Ollanta Humala entend assouplir les normes régissant l'activité minière dans le but de favoriser croissance et investissement.

Une cinquantaine d'organisations de défense de l'environnement et des droits de l'homme ont organisé mercredi soir un marche à Lima pour protester contre un projet de loi en ce sens remis par le président au Congrès.

"Nous sommes très préoccupés. On profite d'une période de moindre croissance économique pour favoriser les intérêts de groupes économiques", a dénoncé auprès de l'AFP Javier Jahncke, secrétaire exécutif du réseau Muqui, regroupant diverses associations indigènes et écologistes.

"On met gravement en danger le contrôle des activités d'extraction. C'est une erreur de réduire les contrôles, c'est un très mauvais signal", a-t-il ajouté.

Le Pérou, l'une des économies les plus dynamiques d'Amérique latine, avec une croissance du PIB supérieure à 5% depuis plus d'une décennie, voit cette année ses indicateurs pâlir, notamment en raison d'une baisses des prix des métaux précieux, principales richesses du pays.

Les nouvelles dispositions proposées par le gouvernement prévoient notamment que la création de réserves naturelles incombera désormais à la présidence du Conseil des ministres et non plus au ministère de l'Environnement, de même que la fixation des normes de qualité environnementale et les limites tolérées de pollution.

Il est prévu également d'assouplir les études d'impact environnemental afin qu'elles n'entravent pas les investissements, et de réduire le montant des amendes pour non-respect des normes environnementales.

Le ministre de l'Environnement, Manuel Pulgar Vidal, a assuré que malgré l'assouplissement des contrôles, il lutterait "jusqu'à la dernière minute pour défendre la politique environnementale du pays".

Emblématique des tensions générées par les gigantesques projets miniers, le projet de Conga (nord), de l'Américain Newmont et dont les investissements sont estimés à 4,7 milliards de dollars, a été suspendu en raison de l'opposition des communautés locales, inquiètes des risques qu'il fait peser sur leur approvisionnement en eau.

Les investissements miniers au Pérou ont atteint 9,7 milliards de dollars en 2013, soit une hausse de 14,4% par rapport à l'année précédente, selon le ministère de l'Energie et des Mines.

Le Pérou est le deuxième producteur d'argent et de cuivre au monde et le cinquième producteur mondial d'or. Le secteur minier représente plus de 60% des exportations du pays.

jco/ljc/lm/hdz/sym

NEWMONT MINING

PLUS:hp