NOUVELLES

Irak: Maliki juge nécessaire une solution politique pour sortir de la crise

26/06/2014 08:28 EDT | Actualisé 26/08/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a estimé pour la première fois jeudi qu'une solution politique, menée parallèlement à l'action militaire, est nécessaire pour mettre fin à la crise que traverse le pays depuis le début de l'offensive des insurgés sunnites.

"Nous devons avancer sur deux voies parallèles, (...) la première est le travail sur le terrain et les opérations militaires (...) et la seconde est la poursuite du processus politique, la réunion du Parlement et l'élection d'un chef du Parlement, d'un président, et la formation d'un gouvernement", a déclaré M. Maliki au ministre britannique des Affaires étrangères William Hague en visite à Bagdad, selon un communiqué officiel.

Des insurgés sunnites ont déclenché le 9 juin une offensive fulgurante en Irak, prenant le contrôle de larges pans de territoires dans cinq provinces au nord et à l'ouest de Bagdad, et faisant plus de 1.000 morts et des centaines de milliers de déplacés.

L'offensive a également mis sous pression le Premier ministre chiite Maliki, sous le feu de critiques internes et internationales, notamment américaines, l'accusant de mener une politique confessionnelle dans un pays au bord du chaos.

M. Hague, et avant lui son homologue américain John Kerry, qui s'est rendu à Bagdad lundi, ont pressé les dirigeants irakiens de mettre de côté leurs différends confessionnels et politiques et de gouverner d'une seule main pour mettre en échec les insurgés.

Durant les premiers jours de l'offensive, les forces de sécurité ont fait preuve d'une très faible résistance, nombre de policiers ou de soldats abandonnant leurs positions.

Après cette débandade, les forces irakiennes ont tenté de relever la tête, reconquérant certaines villes, mais elles peinent à repousser la progression des insurgés et ne parviennent pas à reprendre les territoires conquis par ces derniers.

mah-psr/wd/emb/hj

PLUS:hp