DIVERTISSEMENT

«Dieu Merci 3!» au Festival Juste pour rire : quand le public est maître

26/06/2014 06:02 EDT | Actualisé 26/06/2014 07:54 EDT
Charles Mercier

Un spectacle différent chaque soir. 15 sketchs. 15 décors. 250 costumes. 156 accessoires. Trois artistes invités par représentation, trois comédiens maison et un animateur, Philippe Laprise. Et, au-delà des chiffres, de l’improvisation et des surprises. Car l’équipe de Dieu Merci 3! ne lésine sur aucun moyen pour faire plier en deux de rire le public assis devant lui et le prendre au dépourvu.

Le concept du populaire jeu télévisé de TVA s’est transporté entre les murs du Théâtre du Chenal-du-Moine, à Sorel, avec énormément de succès, en 2012 et 2013, et y retournera en août. Mais avant, la joyeuse troupe de Dieu Merci! fait un arrêt à la Salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau, dans le cadre du Festival Juste pour rire. Ainsi, les acteurs permanents de la production, Simon Boudreault, Sophie Caron et Simon Rousseau, déstabiliseront encore plus de camarades. Michel Charette, Dominic Sillon, Patrick Drolet, Réal Béland, Les Denis Drolet, Tammy Verge, Francis Reddy, Anaïs Favron et François Massicotte tenteront le coup à Montréal, tandis qu’à Sorel, les noms de Gildor Roy et Chantal Lamarre sont confirmés.

On connaît la formule : des personnalités qu’on aime bien franchissent une porte, se retrouvent sur scène, costumées, dans un décor qu’elles n’ont pas préalablement vu, et doivent inventer des répliques et des retournements pour s’intégrer à la situation avec les autres personnages qui, eux, ont appris un texte, alors qu’elles ignorent tout du contexte.

«À la carte»

Or, cette année, on ajoute quelques obstacles sur le chemin déjà tracé. Ce sont les spectateurs qui décideront de la majorité des éléments qui constitueront le spectacle qu’ils verront. Les prestations seront divisées en trois tableaux : la saynète d’ouverture, comparative, où les trois invités joueront séparément la même mise en scène, pour s’échauffer, les sketchs en solo, où ils brilleront à tour de rôle auprès des comédiens maison, et la capsule finale, où tout le monde est réuni. Chaque fois, l’assistance devra voter, à l’aide de cartons de couleur insérés dans le programme, pour une situation, un décor, un personnage ou un accessoire à inclure. Les propositions suggérées seront un peu floues, pour ne pas vendre la mèche aux partenaires d’un jour, mais Simon Boudreault, Sophie Caron et Simon Rousseau, eux, sauront à quel élément réfèrent les couleurs. Et ils devront s’adapter aux choix de la majorité, se changer rapidement et être en pleine possession de leurs réflexes pour se remémorer les mises en situation et leurs dialogues. De la haute voltige!

«Nous, on a 15 textes à apprendre, dans une possibilité de 15 décors, résume Sophie Caron, qui est de l’aventure Dieu Merci au théâtre depuis deux ans, comme ses deux acolytes masculins, et qui s’impliquait aussi à l’émission, derrière la caméra, en personnifiant différentes figures dans les répétitions d’avant-tournage. Chaque soir, c’est “à la carte”, c’est le public qui choisit, et on n’aura jamais la même soirée.»

«Le principe de Dieu Merci!, c’est que l’invité ne sait pas du tout dans quoi il s’embarque, continue-t-elle. Pour nous, ce sera une course contre la montre! Les gars et moi, on va passer beaucoup de temps en robe de chambre dans les coulisses et ça se peut qu’on perde quelques livres! Mais c’est un beau défi. On sera constamment sur le qui-vive.»

Sans filet

C’est dire qu’à l’heure d’écrire ces lignes, aucune répétition n’est encore possible avec les trois piliers de la pièce et les braves joueurs qui se prêteront à l’exercice. Seul l’animateur, Philippe Laprise, peut planifier ses interventions, et encore; lui aussi devra se plier aux événements sur place.

«Nous, en ce moment, on répète avec des improvisateurs de métiers, de la LNI, qui ne sont pas connus, précise Sophie Caron. Quant aux invités, plus ils se préparent, pire c’est! Nous, on apprend la mécanique, on développe des trucs pour se changer rapidement. On a une garde-robe de costumes pour 15 personnages différents!»

«Déjà, on voit un peu ce que ça donne, et je pense que le public va beaucoup s’amuser. Les spectateurs seront plus impliqués que jamais dans Dieu Merci! Le public est maître du spectacle», lance-t-elle en guise de conclusion.

Dieu Merci 3! tiendra l’affiche de la Salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau, du 2 au 19 juillet, et se déplacera ensuite au Théâtre du Chenal-du-Moine, où Stéphane Fallu animera, du 31 juillet au 30 août. Une tournée suivra à l’automne. Pour informations : www.dieumerci.ca.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques artistes qui seront sur scène au Festival Juste pour rire 2014