NOUVELLES

Une forte contraction de l'économie américaine pèse sur Wall Street à l'ouverture

25/06/2014 09:53 EDT | Actualisé 25/08/2014 05:12 EDT

Wall Street a ouvert en légère baisse mercredi, s'inquiétant d'une contraction bien plus forte que prévu de l'économie américaine au premier trimestre et d'un recul inattendu des commandes de biens durables: le Dow Jones cédait 0,09% et le Nasdaq 0,02%.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average lâchait 15,41 points, à 16.802,72 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 0,67 points, à 4.349,69 points.

Le S&P 500 abandonnait 0,04% ou 0,76 point, à 1.949,22 points.

La Bourse de New York avait déjà nettement reculé mardi en raison de craintes accrues sur la situation irakienne qui avaient relégué au second plan des chiffres économiques encourageants aux Etats-Unis et l'avaient fait chuter en fin de séance: le Dow Jones avait perdu 0,70%, à 16.818,13 points, et le Nasdaq 0,42%, à 4.350,35 points.

Le renversement brutal de la Bourse la veille, alors que la séance semblait partie pour s'achever sur de nouveaux records "fait craindre, qu'au niveau technique, une tendance baissière s'empare du marché à court terme", a indiqué Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Et ces inquiétudes "résonnent d'autant plus fort que les gros titres économiques sur le Produit intérieur brut américain et les commandes de biens durables assènent un nouveau coup de massue aux investisseurs ce matin", a-t-il poursuivi.

Surprenant les analystes, qui tablaient sur une révision en baisse plus modérée, l'économie américaine a plongé de 2,9% en rythme annualisé entre janvier et mars, contre un recul de 1% initialement estimé. Il s'agit du plus fort déclin depuis cinq ans du PIB des Etats-Unis.

Ces chiffres étaient en majeure partie attribués à un hiver particulièrement rigoureux au début de l'année qui a affecté la quasi-totalité des secteurs de l'économie, selon le département du Commerce américain.

Autre mauvaise nouvelle, les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont essuyé une baisse surprise en mai, mettant fin à trois mois consécutifs de hausse, reculant de 1,0% sur un mois après avoir progressé de 0,8% au mois précédent. Les analystes tablaient sur une hausse de 0,4%.

Les inquiétudes sur la situation irakienne restait par ailleurs un facteur majeur de nervosité pour les investisseurs américains, qui craignaient l'impact d'une dégradation de la situation au Moyen-Orient sur les prix du pétrole et la croissance mondiale.

Le marché obligataire progressait. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,543% contre 2,586% mardi soir et celui à 30 ans à 3,370% contre 3,406% la veille.

ppa/sl/rap

PLUS:hp