POLITIQUE

Mères et avocates: Québec et Queen's Park fustigent MacKay

25/06/2014 09:40 EDT | Actualisé 25/08/2014 05:12 EDT
Agence QMI

Deux provinces ont dénoncé, jeudi, les propos tenus par le ministre canadien de la Justice, Peter MacKay, sur la position des femmes dans le marché du travail et leur rôle de mère.

Les procureures générales du Québec et de l'Ontario, Stéphanie Vallée et Madeleine Meilleur, toutes deux avocates et mères de deux enfants, ont souligné que les propos du ministre n'avaient pas leur place en 2014.

Après avoir affirmé la semaine dernière que les femmes postulaient peu pour des postes de juges parce qu'elles étaient trop attachées à leurs enfants, le ministre MacKay est cette fois accusé de colporter des stéréotypes sur le rôle de la femme au sein du noyau familial.

Le réseau anglais de Radio-Canada a obtenu des courriels envoyés par le ministre à ses employés l'un pour la fête des Mères, l'autre pour la fête des Pères. Le premier semble limiter le rôle de la femme aux tâches ménagères. Le second positionne plutôt le père comme un modèle capable d'influencer des futures « générations de leaders ».

« Une femme peut changer des couches et peut élever de futurs leaders », a défendu Stéphanie Vallée, qui est également responsable de la Condition féminine. Elle a choisi de se donner en exemple pour montrer à M. MacKay que son raisonnement est bancal. « J'ai deux adolescents et je fais l'aller-retour entre Maniwaki et Québec chaque semaine. Je pense que je suis une bonne mère et que je suis une professionnelle accomplie », a-t-elle commenté en marge de l'étude des crédits de son ministère.

Elle n'a pas voulu cependant remettre en question le compétence de M. MacKay pour exercer ses fonctions de ministre de la Justice.

De son côté, Madeleine Meilleur a rappelé que les Ontariens venaient tout juste d'élire une femme au poste de première ministre. Elle a aussi signalé que M. MacKay devrait jeter un oeil à la politique ontarienne concernant les nominations à la magistrature, qui privilégie une plus grande diversité.

Harper se tient loin de la controverse

Interrogé sur le sujet mercredi, lors d'une annonce commune avec son homologue québécois Philippe Couillard sur le Fonds de la taxe sur l'essence, le premier ministre Stephen Harper n'a pas voulu commenter directement les propos de son ministre, préférant défendre les gains faits par les femmes sous sa gouverne.

« Je pense que nous avons un bilan inégalé à cet égard. Par exemple, si on parle de la fonction publique, sous notre gouvernement, le pourcentage de femmes en position de leadership est de maintenant près de 40 % », a déclaré le premier ministre canadien.

M. Harper a ajouté que sous son gouvernement, le nombre de femmes juges est en hausse de 25 %. « Alors je pense que notre bilan et nos objectifs sont clairs, il y a beaucoup plus à faire, mais nous allons dans la bonne direction », a-t-il conclu.

INOLTRE SU HUFFPOST

Twitter Mocks MacKay With #AsAParent