NOUVELLES

Pologne: ébranlé par un scandale, le PM réclame un vote de confiance

25/06/2014 03:36 EDT | Actualisé 25/08/2014 05:12 EDT

VARSOVIE, Pologne - Le premier ministre de la Pologne a demandé mercredi aux députés de tenir un vote de confiance sur son gouvernement, ébranlé par la fuite d'enregistrements de conversations privées de certains hauts responsables.

Donald Tusk a déclaré devant le Parlement que sans un appui majoritaire renouvelé, il ne serait pas en mesure de représenter efficacement la Pologne au sein de l'Union européenne (UE), où d'importantes décisions structurelles doivent être prises cette semaine. Varsovie espère ainsi mettre en place certains de ses représentants à des postes d'importance au sein de l'UE.

Le vote du Parlement était attendu plus tard mercredi. La coalition dirigée par M. Tusk compte 235 des 460 sièges de la Chambre basse.

Le premier ministre a laissé entendre que des intérêts étrangers pourraient être impliqués dans l'écoute de ministres et d'importants responsables. Il n'a pas nommé d'État en particulier, mais a affirmé que des gens d'affaires négociant du charbon et du gaz russes faisaient l'objet d'une enquête.

De son côté, le magazine Wprost a diffusé une série d'enregistrements — y compris l'un où le ministre des Affaires étrangères, Radek Sikorski, critique l'alliance de la Pologne avec les États-Unis, et un autre où le gouverneur de la Banque centrale, Marek Belka, et le ministre de l'Intérieur, Bartlomiej Sienkiewicz, discutent de la façon dont la Banque pourrait aider le parti au pouvoir à remporter les élections en 2015, une présumée violation de l'indépendance de l'institution.

Wprost a dit avoir obtenu les enregistrements d'un homme d'affaires.

Donald Tusk a refusé de congédier les ministres impliqués dans le scandale, disant qu'il ne se fera pas dicter sa conduite par des personnes impliquées dans des «activités criminelles» visant à déstabiliser la Pologne.

L'écoute illégale peut entraîner une peine allant jusqu'à deux ans de prison en Pologne.

Deux employés de restaurant ont été accusés dans cette affaire, et deux hommes d'affaires ont été arrêtés pour être interrogés.

PLUS:pc