NOUVELLES

L'avocate égyptienne emprisonnée Mahinour el-Masry lauréate d'un prix français

25/06/2014 03:26 EDT | Actualisé 25/08/2014 05:12 EDT

Le prix Ludovic-Trarieux 2014, décerné chaque année à un avocat ayant illustré "la défense du respect des droits de l'Homme", a été attribué mercredi à l'avocate égyptienne emprisonnée Mahinour el-Masry, a-t-on appris auprès de son fondateur.

Le jury réuni à Paris sous la présidence du bâtonnier de Paris Pierre-Olivier Sur et du bâtonnier bordelais Bertrand Favreau, son fondateur, a attribué cette distinction à l'avocate d'Alexandrie en soulignant qu'elle avait été "successivement emprisonnée par Moubarak, Morsi et al-Sissi", les derniers présidents du pays.

Militante des droits de l'Homme, Mme el-Masry a été plusieurs fois détenue sous le régime de l'ancien président Hosni Moubarak. Une des figures du soulèvement qui a renversé celui-ci en 2011, elle a continué la lutte après le "printemps arabe" et a été de nouveau condamnée sous le régime du président Mohamed Morsi.

Sous l'actuelle présidence d'Abdel Fattah al-Sissi, elle est désormais emprisonnée depuis le 22 mai pour purger une peine de deux ans de prison relative à sa "participation à une manifestation non autorisée" en décembre 2013.

Le Prix sera remis à Florence, en Italie, le 31 octobre. Le jury est composé chaque année d'avocats représentant les organes de défense des droits de l'Homme de plusieurs grands barreaux européens. Il décerne le prix au cours d'un vote, après consultation des principales organisations non gouvernementales, barreaux ou associations à but humanitaire à travers le monde qui sont invités à désigner les candidats paraissant répondre aux critères d'attribution.

Ludovic Trarieux, avocat girondin et ancien ministre de la Justice, partisan de la révision du procès du capitaine Dreyfus, a fondé en 1898 la Ligue des Droits de l'Homme dans ce contexte, et en a été le premier président. Le prix international qui porte son nom a été créé en 1984 par Me Favreau. Le premier lauréat, l'année suivante, a été l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, qui était alors toujours emprisonné.

mck/ial/plh

PLUS:hp