NOUVELLES

France : fin d'une grève de contrôleurs aériens après deux jours de perturbations

25/06/2014 01:28 EDT | Actualisé 25/08/2014 05:12 EDT

Une grève de 48 heures a perturbé le trafic aérien en France, avec des retards et des annulations, mais le syndicat à l'origine du mouvement a appelé mercredi à la reprise du travail.

Des centaines de vols ont été annulés, d'importants retards enregistrés et des passagers ont dormi comme ils ont pu sur des lits de camp à l'aéroport parisien d'Orly.

"La gravité et l'urgence de la situation ont été exprimées" et il y a eu "une avancée" dans les discussions avec les autorités, a affirmé l'Unsa-ICNA, 3ème syndicat des aiguilleurs du ciel à l'origine de la grève lancée mardi pour réclamer plus de moyens dans les années à venir dans la navigation aérienne.

Le communiqué syndical a été publié à l'issue d'une rencontre au secrétariat d'Etat aux Transports à Paris.

Quelques heures plus tôt, la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) avait indiqué que la contestation syndicale s'essoufflait et qu'elle s'attendait à un retour à la normale jeudi.

Pour mardi et mercredi, l'Aviation civile avait demandé aux compagnies d'annuler en amont 20% de leurs vols dans le sud de la France et sur une série de vols en direction de l'Europe du Sud et du Maghreb.

Outre 86 vols annulés en amont, Air France a dû en supprimer 18 à chaud et observait des retards moyens de 40 minutes. La compagnie affirme avoir néanmoins assuré la totalité de ses vols long-courriers et 90% de court et moyen-courriers (France-Europe).

Sa compagnie régionale Hop! déplorait aussi plus de 70 vols annulés, dont 26 à la dernière minute, vers des villes de France.

EasyJet, dont 65% des vols transitent par l'espace français, en a supprimé 150 (11%). Autre compagnie étrangère touchée, Ryanair (15% de vols annulés, après 12% la veille), a fait état de retards pouvant aller jusqu'à cinq heures, au départ ou en direction de la France.

Environ 600 personnes se sont retrouvées mercredi matin "sur le carreau" à l'aéroport d'Orly. Parmi elles, 200 à 250 passagers ont passé la nuit sur des lits de camp, faute d'avoir pu embarquer à destination de l'Espagne et du Portugal.

Mercredi, au moins 30 vols ont été annulés au départ et à l'arrivée des aéroports de Lisbonne, Porto et Faro, dont un tiers aurait dû être assuré par la compagnie portugaise Tap, a indiqué un porte-parole de Tap Portugal qui a dû héberger les passagers concernés dans des hôtels.

shu/db/gf/bh/ras/nou/sym

PLUS:hp