NOUVELLES

Décès de la romancière espagnole Ana Maria Matute à 88 ans

25/06/2014 07:00 EDT | Actualisé 25/08/2014 05:12 EDT

La romancière espagnole Ana Maria Matute, l'un des plus éminents écrivains espagnols de l'après-guerre civile en Espagne, est décédée à 88 ans à Barcelone, a annoncé mercredi sa maison d'édition, Planeta.

Connue et primée pour des romans comme "Les soldats pleurent la nuit" ou "Plaignez les loups" (Los Hijos muertos), Ana Maria Matute a obtenu le prix Cervantes, la plus haute distinction littéraire espagnole, en 2010.

"Je suis heureuse, si heureuse", s'était alors exclamé la romancière, avec un grand sourire qui dissimulait toutefois difficilement un état de santé devenu très fragile.

Née le 26 juillet 1925 à Barcelone, Ana Maria Matute appartient à une génération d'Espagnols dont l'enfance a été marquée par la guerre civile (1936-1939) et la jeunesse par la misère et l'absence de liberté sous la dictature de Francisco Franco (1939-1975).

Ces temps douloureux ont laissé des traces dans son oeuvre qui tente de s'évader de la réalité par la magie ou par la vue du monde au travers d'un regard d'enfant.

Auteur précoce, Ana Maria Matute a commencé à écrire à l'âge de quatre ans après avoir failli perdre la vie en raison d'une infection des reins.

Depuis, elle a consacré sa vie à la littérature: elle publie son premier roman "Petit Théâtre" à 17 ans.

Avec ce livre, elle obtient le prix Planeta en 1954 qui sera suivi de nombreux autres récompenses, dont le prix national des Lettres espagnoles en 2007, avant le prix Cervantes en 2010.

En 1996, elle fut la troisième femme en 300 ans à entrer à l'Académie royale espagnole des Lettres, après l'écrivaine Carmen Conde et l'historienne Carmen Iglesias.

dbh/ib/sg/pt

PLUS:hp