NOUVELLES

Vladimir Poutine souhaite prolonger le cessez-le-feu en Ukraine

24/06/2014 08:05 EDT | Actualisé 24/08/2014 05:12 EDT

MOSCOU - Le cessez-le-feu d'une semaine proclamé dans l'est de l'Ukraine par le président Petro Porochenko devrait être prolongé et jumelé à des pourparlers entre le gouvernement et les rebelles, a déclaré mardi le président russe Vladimir Poutine.

M. Poutine a fait ces commentaires à l'occasion d'un déplacement à Vienne, en Autriche.

Au même moment, un porte-parole du gouvernement ukrainien annonçait qu'un hélicoptère militaire avait été abattu au-dessus de la ville de Sloviansk, même si les insurgés prorusses avaient promis de respecter la trêve.

Neuf personnes ont été tuées quand l'appareil Mi-8 a été abattu au-dessus d'un secteur contrôlé par les rebelles, a dit Vladislav Seleznev.

M. Poutine a souligné l'importance du cessez-le-feu, avant d'accuser les forces ukrainiennes d'y avoir contrevenu en lançant une offensive dans la région de Sloviansk, une ville de l'est ukrainien qui se retrouve au coeur des combats.

Le président russe avait précédemment demandé au Parlement de son pays d'annuler une résolution autorisant le recours à la force militaire en Ukraine.

M. Poutine a écrit au président de la Chambre haute du Parlement russe pour lui demander de retirer la résolution soumise le 1er mars, qui aurait autorisé l'utilisation de la force en Ukraine.

M. Poutine avait soumis cette requête au Parlement après que l'ancien président prorusse de l'Ukraine ait été chassé en février, au terme de plusieurs mois de manifestations populaires.

La demande de M. Poutine témoigne de nouveau de la volonté du Kremlin de désescalader la crise. M. Poutine doit démontrer son appui au plan de paix du président Porochenko d'ici la tenue, vendredi, d'un sommet de l'Union européenne, dans l'espoir d'éviter de nouvelles sanctions occidentales.

Kiev et l'Occident ont fréquemment accusé la Russie d'appuyer les insurgés et de masser des forces le long de la frontière, en prévision d'une éventuelle invasion.

Le président russe était à Vienne, mardi, pour une rencontre avec son homologue autrichien, Heinz Fischer. Il devait aussi rencontrer le président de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), le président suisse Didier Burkhalter.

M. Seleznev a indiqué que les rebelles ont attaqué une base au nord de Sloviansk en fin de journée lundi, mais on ne rapporte pas de violence pendant la nuit. Des soldats auraient toutefois essuyé des tirs à un point de contrôle près de Sloviansk, mardi matin.

L'ONU estime que 423 personnes ont été tuées dans l'est de l'Ukraine entre le 15 avril et le 20 juin. Plus de 15 000 résidants des régions de Donetsk et de Louhansk auraient aussi été chassés de chez eux au cours des deux dernières semaines, gonflant à près de 50 000 le nombre de réfugiés internes.

L'Ukraine accuse aussi la Russie d'avoir installé des mines sur son territoire lors de l'annexation de la Crimée, plus tôt cette année. Des mines antipersonnel et antichars auraient surtout été cachées entre la Crimée russophone et le reste de l'Ukraine.

L'Ukraine s'inquiète aussi que des centaines de mines volées ne se retrouvent entre les mains de «terroristes», une référence voilée aux insurgés prorusses.

Les allégations sont contenues dans un rapport soumis à une conférence internationale contre les mines qui se déroule cette semaine au Mozambique.

PLUS:pc