NOUVELLES

Ukraine: Joe Biden appelle Porochenko après l'attaque de l'hélicoptère

24/06/2014 08:18 EDT | Actualisé 24/08/2014 05:12 EDT

Le vice-président américain Joe Biden s'est entretenu mardi avec le président ukrainien Petro Porochenko après que des séparatistes prorusses ont abattu un hélicoptère, tuant neuf soldats et menaçant la trêve dans l'Est de l'Ukraine.

Joe Biden a souligné la nécessité "d'avoir des observateurs sur place qui constatent les violations du cessez-le-feu" et de "mettre un terme à la fourniture d'armes et de militants venus de l'autre côté de la frontière" avec la Russie, a rapporté la Maison Blanche.

L'attaque de l'hélicoptère est un coup porté aux espoirs du président Porochenko, soutenu par ses alliés occidentaux, de mettre fin à une insurrection séparatiste menaçant l'unité de cette ancienne république soviétique et dont les combats ont fait depuis avril plus de 400 morts.

Petro Porochenko "n'exclut pas de mettre fin au cessez-le-feu avant son expiration prévue parce qu'il est constamment violé par des rebelles qui sont contrôlés par l'étranger", selon un communiqué de la présidence ukrainienne, qui pointe clairement du doigt la Russie.

L'attaque a également été évoqué par le président Barack Obama et le Premier ministre britannique David Cameron lors d'un autre entretien téléphonique.

Les deux responsables "ont convenu que, dans le cas où Moscou ne prenait pas de mesures immédiates destinées à apaiser la situation dans l'Est de l'Ukraine, les Etats-Unis et l'Union européenne" imposeraient de nouvelles sanctions à la Russie, selon des propos dont la présidence américaine se fait l'écho.

Plus tôt mardi, Washington avait salué la décision de Vladimir Poutine de demander au Parlement russe de lever l'autorisation d'intervenir militairement en Ukraine, tout en maintenant ses menaces de sanctions.

L'autorisation de recours à l'armée, motivée officiellement par la nécessité de défendre les citoyens russes en Ukraine, avait contribué en mars à l'escalade de la tension, alors que la Russie avait massé des dizaines de milliers d'hommes pour des manoeuvres près de sa frontière avec ce pays, et s'était rattaché la Crimée.

mdl/gde/lv

PLUS:hp