NOUVELLES

Les festivités de la Fête nationale du Québec se poursuivent malgré la pluie (VIDÉO)

24/06/2014 04:22 EDT | Actualisé 24/08/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Les célébrations de la 180e Fête nationale du Québec ont atteint leur paroxysme, mardi soir à Montréal, avec la présentation du grand spectacle du parc Maisonneuve.

Michel Rivard, Damien Robitaille, Lisa Leblanc, Coeur de Pirate, France D'Amour et Daniel Boucher étaient tous de la fête pour honorer le Québec en chanson.

Animé par l'humoriste Louis-José Houde, le grand spectacle a été une occasion de rendre hommage à la langue française.

Michel Rivard et Louis-José Houde ont tous deux lancé un vibrant plaidoyer pour la défense de la langue française.

«C'est quoi un nid-de-poule pour le français? C'est un trou dans lequel on peut tomber si on n'écoute pas où on s'en va: un petit mot d'anglais par-ci dans notre parler de tous les jours, un petit nom de commerce en anglais par-là au coin de la rue, une petite "toune" en anglais dans un film en français, toutes les "tounes" en anglais dans une télésérie québécoise», a lancé Michel Rivard à la foule.

Pour sa part, Louis-José Houde a livré un hommage humoristique à la langue française, en soulignant la sonorité rigolote de certains mots, mais aussi en affirmant que le français est une source d'unité.

«Il faut se réunir autour de quelque chose. Il y a eu la charte, le Québec est très divisé au niveau politique. Mais s'il y a une chose que les politiciens partagent, même entre adversaires, c'est l'amour de la langue française. Et que tout le monde partage ici ce soir. Moi, je suis fier de parler français», a confié l'animateur de la soirée.

Le spectacle est venu conclure deux jours de festivités dans toute la province. Malgré une météo capricieuse mardi, des milliers d'événements avaient été organisés dans la plupart des régions du Québec.

Plus tôt en journée à Montréal, quelques milliers d'irréductibles avaient bravé la pluie pour assister au traditionnel défilé, qui se déroulait cette année sous le thème «La Grande Envolée».

«La température, ça m'importe peu. On est prêts, on a apporté des parapluies, et on espère qu'il va faire soleil tantôt», a lancé Réal Neveu, âgé de 85 ans, qui a lui-même pris part à quelques défilés comme joueur de clairon et porte-drapeau pendant son adolescence à Montréal.

Son souhait n'a pas été exaucé, puisque la pluie s'est abattue sans interruption — ou presque — sur les quelque 600 figurants du cortège et sur les citoyens qui s'étaient installés sur les trottoirs détrempés pour les observer.

De nombreux politiciens municipaux, provinciaux et fédéraux étaient de la partie et ont déambulé, parapluie en main, sur la rue Sherbrooke.

Aucun n'a voulu se lancer dans une analyse du contexte dans lequel se tenait cet événement, qui survient près de trois mois après la débâcle électorale du Parti québécois.

Tous ont plutôt insisté sur le caractère apolitique et rassembleur du défilé.

«C'est la fête de tous les Québécois, et on l'a vu hier sur les Plaines (d'Abraham). Il y avait Robert Charlebois en train de se produire avec Patrick Watson, et ça, c'est un bel exemple de l'unicité de notre société», a fait valoir le chef néo-démocrate Thomas Mulcair, qui était accompagné de quelques-uns de ses députés de la région montréalaise.

Le nouveau chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu, a fait contre mauvaise fortune bon coeur en suggérant que la présence des festivaliers — bien que plus modeste par rapport aux années précédentes, selon toute vraisemblance — illustrait que les Québécois étaient «toujours debout» malgré les intempéries.

«C'est la Fête nationale, c'est le temps de se rassembler et de célébrer ce qui fait qu'on est fier d'être québécois, peu importe notre allégeance politique, nos origines ou notre langue», a exposé l'ancien président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

Même son de cloche du côté de la ministre québécoise de la Culture, Hélène David, qui participait pour la première fois à ce rassemblement à titre d'élue.

«C'est un privilège d'être tous ensemble; autant les gens qui ne sont pas nés au Québec, mais qui sont tout à fait québécois, et les gens qui sont nés ici. Ce métissage culturel (...) donne des résultats extraordinaires», s'est-elle réjouie avant de retrouver sa soeur, la députée de Québec solidaire Françoise David.

Le libéral fédéral Marc Garneau, la péquiste Nicole Léger et le maire de Montréal Denis Coderre étaient également de la fête sur la rue Sherbrooke.

La plupart des formations politiques provinciales et fédérales étaient représentées au défilé, exception faite des caquistes et des conservateurs fédéraux.

Le premier ministre Stephen Harper se trouvait dans la région de Bellechasse, près de Québec, mardi.

Dans un communiqué, il a déclaré que «les nombreux rassemblements et festivités qui ont lieu aujourd'hui nous permettent d'apprécier à quel point l'héritage québécois et francophone a contribué à unir le Canada et à le rendre prospère».

Quant au chef du Parti libéral du Québec (PLQ), Philippe Couillard, il a pris la direction de sa circonscription de Roberval pour célébrer avec ses commettants après avoir participé à une activité au Musée national des beaux-arts de Québec en fin de matinée.

INOLTRE SU HUFFPOST

La Fête nationale au parc Maisonneuve
Fête nationale