NOUVELLES

Les États-Unis saluent la décision de Poutine de ne pas intervenir en Ukraine

24/06/2014 01:40 EDT | Actualisé 24/08/2014 05:12 EDT
JIM WATSON via Getty Images
US President Barack Obama makes a statement on Iraq from the press briefing room at the White House in Washington, DC, June 19, 2014. AFP PHOTO / Jim WATSON (Photo credit should read JIM WATSON/AFP/Getty Images)

La Maison Blanche a salué mardi la décision de Vladimir Poutine de demander au parlement russe de lever l'autorisation d'intervenir militairement en Ukraine, qu'il avait sollicitée en mars.

Le porte-parole de la présidence américaine, Josh Earnest, a cependant déclaré que Washington, qui maintient ses menaces de sanctions envers la Russie, souhaitait voir des preuves de changement dans l'attitude russe envers les Ukrainiens.

"Nous saluons vraiment toute initiative russe pour mettre un terme à la crise ukrainienne, notamment la décision du président Poutine de demander à la Douma de révoquer la résolution donnant l'autorisation aux forces russes d'intervenir en Ukraine", a déclaré Josh Earnest lors de son point presse.

"Nous saluons également l'accord des séparatistes pour un cessez-le-feu et nous les appelons à le respecter. Et nous soutenons également en tout point toutes déclarations du président Poutine sur l'importance d'un tel accord", a-t-il encore dit.

"Cela dit, si dans les prochains jours ces mots ne sont pas suivis d'actes, cela deviendra problématique", a-t-il précisé.

Vladimir Poutine a fait un pas vers l'apaisement mardi en levant la menace d'une intervention de l'armée russe en Ukraine. Par cette décision, le président russe a repris l'initiative et reporté la pression sur le pouvoir ukrainien, mis en demeure de mettre en oeuvre son plan de paix annoncé la semaine dernière.

Depuis avril, de violents combats entre les insurgés, soutenus officieusement par la Russie, et l'armée ukrainienne ont fait plus de 400 morts et menacent l'unité de l'ancienne république soviétique, après le rattachement de la Crimée à la Russie en mars.

INOLTRE SU HUFFPOST

Vladimir Poutine