NOUVELLES

Cameroun: Huit membres présumés de Boko Haram tués par l'armée (gendarmerie)

24/06/2014 12:52 EDT | Actualisé 24/08/2014 05:12 EDT

Huit membres présumés du groupe islamiste nigérian Boko Haram ont été tués par les forces de sécurité camerounaises dans l'extrême-nord frontalier avec le Nigeria, a annoncé mardi un responsable local de la gendarmerie.

"Huit Boko Haram ont été abattus cette nuit (du 23 au 24 juin) lors d'une patrouille mixte de gendarmes et militaires dans la zone de Mora (proche de la ville d'Amchidé). Nos éléments sont tombés sur une dizaine d'islamistes, l'affrontement a été engagé et nos forces ont pris le dessus", a affirmé à l'AFP sous couvert d'anonymat cet officier de la gendarmerie de Maroua, chef-lieu de la région de l'Extrême-nord, frontalière du Nigeria.

Par ailleurs, quarante-huit personnes ont été interpellées lundi à Maroua dans le cadre d'une opération de démantèlement d'un réseau lié, selon les autorités, à Boko Haram, a ajouté l'officier de gendarmerie.

"Hier, nous avons mené une opération de bouclage d'une zone que les Boko Haram ont infiltrée. Nous avons arrêté 48 personnes,

actuellement, 17 sont encore gardées", a-t-il affirmé. "La plupart des suspects sont des Nigérians. Leur interrogatoire se poursuit".

Cette opération est intervenue à la suite d'informations selon lesquelles des "alliés et correspondants de Boko Haram se sont installés à Maroua comme coiffeurs", a expliqué l'officier. "Nous avons découvert que certains avaient de fausses pièces d'identité camerounaise tandis que d'autres n'avaient aucun document, a-t-il dit.

Les autorités régionales camerounaises redoutent des infiltrations et des "opérations commando" menées par Boko Haram à travers une frontière dont le tracé flou passe parfois au milieu de localités à cheval sur les deux pays.

Depuis l'indignation internationale suscitée par l'enlèvement le 14 avril de plus de 200 collégiennes nigérianes, le Cameroun a renforcé sa présence armée dans le nord et l'extrême-nord pour tenter de contenir les attaques des combattants de Boko Haram, qui multiplient ces derniers jours les attentats dans leur pays. De nombreux membres présumés du groupe, et des personnes soupçonnées de collaborer avec les islamistes, ont été arrêtés ces dernières semaines dans plusieurs villes de l'extrême-nord camerounais, notamment à Amchidé, Maroua, Kousseri et Waza.

rek/jpc/sd

PLUS:hp