NOUVELLES

Ukraine: les insurgés prorusses promettent de respecter le cessez-le-feu

23/06/2014 04:58 EDT | Actualisé 22/08/2014 05:12 EDT

DONETSK, Ukraine - Les insurgés prorusses ont promis, lundi, de respecter le cessez-le-feu décrété par le président ukrainien et de s'impliquer davantage dans les pourparlers visant à résoudre le conflit qui a fait des centaines de morts dans l'est de l'Ukraine.

De leur côté, le président américain, Barack Obama, et son homologue russe, Vladimir Poutine, ont discuté de la situation, lundi, M. Obama demandant à M. Poutine d'arrêter de soutenir les rebelles et M. Poutine exigeant que Kiev négocie directement avec les séparatistes qui ont déclaré l'indépendance de deux provinces dans l'est de l'ancienne république soviétique.

C'est également lundi que l'ex-président ukrainien Leonid Koutchma, l'ambassadeur de la Russie en Ukraine, les représentants de l'Union européenne et les séparatistes ont entamé des discussions pour régler la crise.

Ces négociations font partie du plan de l'actuel président de l'Ukraine, Petro Porochenko, pour ramener la paix dans l'est du pays. Le plan s'est amorcé vendredi dernier avec un cessez-le-feu unilatéral d'une semaine visant à mettre fin à l'insurrection dans le coeur industriel de la nation. Des centaines de personnes ont perdu la vie et des dizaines de milliers d'autres ont fui leur domicile en raison des combats.

Alexandre Borodai, l'un des leaders rebelles à avoir participé aux pourparlers de lundi à Donetsk, a affirmé que les insurgés observeraient le cessez-le-feu de M. Porochenko, qui doit prendre fin vendredi à 7 h, heure locale.

Les séparatistes, qui se battent contre les troupes ukrainiennes depuis deux mois, ont aussi promis de relâcher les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) qu'ils tiennent en otages.

Depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, les deux camps se sont mutuellement accusés de l'avoir enfreint. Petro Porochenko a prévenu que les soldats ukrainiens se défendraient s'ils étaient attaqués.

PLUS:pc