NOUVELLES

Ukraine: la guerre pour le contrôle de la frontière avec la Russie

23/06/2014 06:05 EDT | Actualisé 23/08/2014 05:12 EDT

Des soldats ukrainiens étaient encerclés lundi par les rebelles prorusses après une tentative de reprise du poste-frontière d'Izvarino, près de Lougansk: la guerre pour le contrôle de la frontière avec la Russie continue dans l'est de l'Ukraine.

Les rebelles prorusses, qui rejettent l'autorité de Kiev et ont proclamé l'indépendance de deux régions dans l'est, se sont emparés de plusieurs postes à la frontière avec la Russie depuis le 5 juin et ont pris vendredi le contrôle d'Izvarino, à une cinquantaine de km de Lougansk, une place-forte des séparatistes.

"Les Ukrainiens comptaient sur une opération éclair pour reprendre Izvarino. Mais les choses ont tourné différemment. Maintenant, ils n'ont aucune chance de s'en sortir: ils sont encerclés, ils n'ont plus ni eau ni nourriture", a affirmé lundi à l'AFP un chef local des rebelles, Alexandre, 54 ans, qui se présente comme le commandant des forces de la région de Krasnodon, près d'Izvarino.

A environ 10 km d'Izvarino, en pleine nature, trois blindés ukrainiens sont à peine visibles de loin, postés sur une colline. Après deux jours d'affrontements avec les rebelles prorusses, cette unité s'est réfugiée sur une hauteur difficilement accessible et apparemment bien protégée.

Pour s'en approcher, le seul moyen est d'emprunter un petit chemin de terre, loin de toute habitation. En marchant, un journaliste de l'AFP sent quelque chose qui entrave sa marche et remarque un petit fil rouge sur son pantalon. En regardant attentivement le sol, on découvre alors deux autres fils rouges tendus, à peine visibles, un dispositif vraisemblablement destiné à avertir les militaires ukrainiens de l'arrivée d'un intrus dans le périmètre surveillé.

- 200 km de frontière -

"Ils sont bien défendus par des snipers", avait par ailleurs prévenu le "commandant" Alexandre, dans son état-major à Krasnodon, une ville située à une quinzaine de km du poste-frontière d'Izvarino.

A Lougansk, la capitale de la "République populaire de Lougansk" autoproclamée par les séparatistes, le porte-parole des rebelles, Vladimir Inogorodski se félicite de la situation : "Nous contrôlons aujourd'hui environ 200 km de frontière avec la Russie, soit à peu près la moitié de la totalité de cette frontière", a-t-il indiqué à l'AFP.

M. Inogorodski a affirmé que "seule de l'aide humanitaire arrive de Russie, de la nourriture et des médicaments, mais pas d'aide militaire", contrairement à ce que dénoncent régulièrement les autorités de Kiev et les Occidentaux.

Les autorités ukrainiennes accusent la Russie de laisser passer par cette frontière des camions chargés d'hommes armés et du matériel militaire, y compris des blindés, pour aider les séparatistes.

Alors que jusqu'à ces dernières semaines des affrontements armés opposaient régulièrement les gardes-frontières ukrainiens à ces convois venus de Russie, Kiev ne dispose plus aujourd'hui d'aucune force susceptible d'empêcher ces passages de Russie en Ukraine.

Après la prise du contrôle du poste d'Izvarino, les rebelles ont nettement accru leur avantage et semblent prendre le dessus dans la guerre pour le contrôle de la frontière avec la Russie.

Dès le début du conflit armé dans l'est de l'Ukraine, les rebelles avaient lancé de multiples attaques contre les postes-frontières afin de s'assurer une libre circulation avec la Russie.

nm/blb/ros

PLUS:hp