NOUVELLES

Plus de 20 morts dans des violences claniques dans le nord-est du Kenya (responsable)

23/06/2014 06:52 EDT | Actualisé 23/08/2014 05:12 EDT

Au moins 20 personnes ont été tuées dans le nord-est du Kenya dans des affrontement entre clans rivaux s'incrivant dans un long cycle d'attaques et de représailles qui a repris début mai, ont annoncé des responsables locaux lundi.

Les affrontements, survenus dimanche dans le canton de Wajir, ont mis aux prises des miliciens Garre et Degodia. Ces deux clans d'ethnie somali s'affrontent périodiquement depuis des années autour de terres et de l'accès aux ressources naturelles dans cette zone reculée et désolée du Nord-Est kényan où les armes pullulent.

Au moins 20 miliciens des deux camps ont été tués et 13 personnes grièvement blessées, a indiqué David Rotich, vice-préfet du département de Tarbaj où ont eu lieu les violences, situé à environ 80 km de la frontière somalienne.

Ce dernier bilan porte à plus de 80 le nombre de personnes tuées depuis la reprise en mai du conflit entre Degodia et Garre, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l'ONU. Ce conflit a déplacé "plus de 75.000 personnes dans les cantons de Wajir et Mandera et a indirectement touché 60.000 (autres personnes) dans le canton de Wajir depuis mai 2014", a expliqué Ocha.

Les Degodia et Garre, communautés pastorales, sont répartis entre l'Ethiopie, le sud de la Somalie et le nord-est du Kenya.

Des affrontements entre ces deux clans avaient déjà fait une centaine de morts en 2012 et 2013 dans les régions de Mandera - à la pointe nord-est du Kenya - et Wajir.

Une importante sécheresse y avait aiguisé les tensions entre les deux clans, également alimentées par des considérations politiques avant les élections générales de mars 2013.

str-pjm-ayv/tmo/jlb

PLUS:hp