NOUVELLES

L'Union européenne rompt avec la Thaïlande pour dénoncer le récent coup d'État

23/06/2014 08:36 EDT | Actualisé 23/08/2014 05:12 EDT

BRUXELLES - L'Union européenne (UE) suspend l'ensemble des voyages officiels de ses représentants en Thaïlande afin de protester contre le récent coup d'État ayant secoué ce pays.

Elle interrompt également les visites d'émissaires thaïlandais sur son territoire.

Par ailleurs, l'UE a indiqué lundi qu'elle mettait un frein à la signature d'un accord dont l'objectif est d'approfondir ses liens politiques et économiques avec la Thaïlande, et ce, tant et aussi longtemps qu'un gouvernement démocratique n'aura pas été élu dans ce pays.

L'Union européenne veut ainsi presser les instigateurs du coup d'État de permettre l'organisation d'élections libres,de mettre un terme à la censure ainsi que de libérer les prisonniers politiques.

Elle les prévient aussi qu'elle envisagera d'instaurer d'autres mesures dans le futur en fonction de l'évolution de la situation en Thaïlande.

L'UE a déjà annulé une ronde de négociations sur un potentiel accord de libre-échange. Les pourparlers auraient normalement dû se tenir en juillet.

Le mois dernier, le chef de l'armée thaïlandaise avait annoncé, en direct à la télévision, qu'il avait renversé le gouvernementà peine deux jours après l'imposition de la loi martiale. À ce moment, le général Prayuth Chan-ocha avait affirmé vouloir lancer un train de réformes dans le but de rétablir l'ordre dans ce pays secoué par de longues manifestations populaires.

Il avait ajouté que ces divers changements n'auraient pas d'incidence sur les rapports de la Thaïlande avec le reste du monde.

PLUS:pc