NOUVELLES

La Banque TD prévoit une économie canadienne moins vigoureuse que prévu

23/06/2014 12:44 EDT | Actualisé 23/08/2014 05:12 EDT

OTTAWA - L'économie canadienne terminera l'année de belle façon et la Banque TD (TSX:TD) affirme que l'attente en vaudra la peine.

La banque a fait part lundi de ses prévisions révisées en matière d'économie, faisant remarquer que le lent départ de 2014, probablement à cause de vents contraires en provenance des États-Unis, faisait en sorte que la croissance du produit intérieur brut (PIB) serait tenue à un modeste 2,2 pour cent cette année.

Il s'agit d'un dixième de point en moins que ce que la banque avait précédemment prévu, et aussi d'une prédiction inférieure à la plus récente de la Banque du Canada. La banque centrale doit cependant mettre à jour ses prévisions le mois prochain.

Par ailleurs, la TD s'attend à ce que la faible croissance de 2014 soit compensée par une accélération à 2,6 pour cent en 2015.

Le principal facteur expliquant la révision à la baisse, selon l'institution bancaire, est que l'économie américaine a sérieusement trébuché au début de l'année, à cause d'un hiver particulièrement difficile, d'une accumulation des stocks ainsi que de pauvres ventes résidentielles.

En conséquence, la prévision de croissance américaine a été réduite d'un demi-point pour cette année, à 2,2 pour cent.

L'économie du Canada à tendance à être liée à celle des États-Unis car environ 70 pour cent de toutes les exportations canadiennes se dirigent au sud de la frontière. Une réduction de la demande en provenance des États américains se traduit par une baisse des ventes canadiennes à l'extérieur du pays et à une activité amoindrie au sein d'industries exportatrices clés comme celle de la construction automobile et le secteur pétrolier.

Heureusement, la Banque TD affirme que l'économie américaine montre déjà des signes de reprise. Les États-Unis devraient enregistrer une croissance d'environ trois pour cent pour le reste de l'année et de 3,1 pour cent l'an prochain.

En fait, les États-Unis devraient mener les pays du G7 en matière de croissance en 2015, ce dont devrait tirer profit l'économie canadienne.

Les conditions économiques ne sont pas aussi bonnes dans le reste du monde, même si elles s'améliorent.

La zone euro connaîtra une croissance d'à peine un pour cent en 2014, bien que cela soit mieux que le recul de 0,4 pour cent de 2013.

Quant à elle, la Chine demeurera bloquée à un rythme de croissance jugé modéré de 7,4 pour cent cette année et de sept pour cent en 2015, après avoir roulé à un rythme d'environ 10 pour cent avant la récession. La Chine représente près de 15 pour cent de l'économie mondiale.

PLUS:pc