NOUVELLES

Gerard Gallant est excité à l'idée de diriger les Panthers de la Floride

23/06/2014 07:18 EDT | Actualisé 23/08/2014 05:12 EDT

SUNRISE, États-Unis - Les Panthers de la Floride n'ont pas eu à mousser leur équipe auprès de Gerard Gallant.

Il sait très bien qu'ils n'ont pas gagné une série éliminatoire en près de 20 ans, qu'ils n'ont jamais été près d'accéder aux séries l'an dernier et qu'ils changent d'entraîneur de façon trop régulière.

Mais rien de tout cela n'allait le décourager.

«Vous regardez leur formation, leur équipe, leur noyau de joueurs: je crois que c'est une belle occasion et j'ai hâte de travailler avec ce club», a-t-il dit.

Il l'a, cette occasion, maintenant qu'il a officiellement été présenté à titre de 13e entraîneur-chef de l'histoire de la franchise, le huitième depuis 2003.

Gallant n'a pas dirigé dans la LNH depuis 2006, mais a occupé le poste d'adjoint pour quelques organisations et a connu un passage très fructueux à la tête des Sea Dogs de St-Jean, de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Son meilleur joueur à cette époque était Jonathan Huberdeau, qui est une des pièces centrales du plan de relance des Panthers.

«C'est certain que j'étais très heureux en apprenant la nouvelle, a déclaré Huberdeau au sujet de l'embauche de Gallant. Gerard a été un excellent entraîneur pour moi. Il m'a appris beaucoup de choses quand j'étais dans le junior et c'est à cause de lui que je suis dans la LNH présentement.»

Quand les deux étaient réunis à St-Jean, ils gagnaient pratiquement à tous les soirs. Personne ne s'attend à cela en Floride, mais certains parallèles seront faits.

«Jonathan est un bon gars, l'a louangé Gallant. Je l'ai connu pendant trois ans et nous travaillions bien ensemble. Nous allons avoir 23 joueurs qui vont travailler dur et être compétitifs.»

Le directeur général des Panthers, Dale Tallon, a qualifié la recherche d'entraîneur des Panthers d'exhaustive. L'équipe a d'ailleurs été liée à plusieurs autres candidats au cours de deux derniers mois, dont Peter Laviolette, Barry Trotz et Dan Bylsma.

Quand il a rencontré Gallant, Tallon s'attendait à ce qu'il soit de mauvaise humeur, puisque c'était deux jours seulement après l'élimination du Canadien, dont il était l'adjoint au cours des deux dernières campagnes. Mais il était plutôt plein d'énergie, volubile, excité, affamé. Tallon a été impressionné.

«Je n'ai jamais entendu quoi que ce soit de négatif à son sujet», a dit Tallon.

Les Panthers disposent du premier choix en vue du prochain repêchage, qu'ils pourraient bien décider d'échanger, et plusieurs prédisent qu'ils seront actifs sur le marché des joueurs autonomes. Gallant sait à quel point les choses peuvent changer rapidement: à son arrivée à Montréal, l'équipe se sortait d'une saison de misère. Elle a participé aux séries au cours des deux dernières années.

«L'écart est tellement serré entre les équipes, a dit Gallant. La parité est énorme dans la ligue.»

PLUS:pc