NOUVELLES

Espagne: le juge clôt mercredi son dossier sur la soeur du roi

23/06/2014 07:10 EDT | Actualisé 23/08/2014 05:12 EDT

Le juge qui mène l'enquête visant la soeur du roi d'Espagne, Felipe VI, inculpée de fraude fiscale, s'apprête à clore mercredi le dossier dans lequel il demandera ou non le renvoi en procès de l'infante Cristina.

L'inculpation en décembre 2011 d'Iñaki Urdandarin, l'époux de Cristina, poursuivi pour le détournement de six millions d'euros d'argent public, puis celui de l'infante en janvier dernier, ont été à l'origine du scandale qui a contribué à faite chuter la popularité du roi Juan Carlos, avant l'annonce de son abdication le 2 juin.

Les retombées judiciaires de "l'affaire Noos" constituent l'un des premiers obstacles que devra affronter le nouveau roi qui, a 46 ans, hérite d'une monarchie en perte de crédit.

Répondant au scandale, Felipe VI avait plaidé, en prêtant serment le 19 juin devant le Parlement, pour une monarchie "intègre, honnête et transparente".

Le juge José Castro, du tribunal de Palma de Majorque aux Baléares, rendra public mercredi l'arrêt par lequel il clôt son instruction, dressant la liste des personnes restant inculpées et dont il demande le renvoi en procès, a annoncé lundi le tribunal.

La décision finale n'appartient toutefois pas au magistrat instructeur et sera prise par le tribunal provincial, une instance supérieure, une fois examinés les différents recours.

Le procureur anticorruption s'était opposé à l'inculpation de Cristina alors que le juge, qui l'a interrogée le 8 février, la soupçonne de fraude fiscale et détournement de fonds publics.

L'infante, âgée de 49 ans, aurait, selon lui, coopéré avec son époux, inculpé pour avoir détourné, avec son ex-associé Diego Torres, plus de six millions d'euros d'argent public via l'institut Noos, une société à but non lucratif qu'il présidait entre 2004 et 2006 et qui passait des contrats avec les autorités régionales pour l'organisation de congrès liés au sport.

Avec l'abdication du roi Juan Carlos et l'avènement de Felipe VI, Cristina, tout comme sa soeur aînée Elena, est sortie automatiquement du cercle très restreint de la Famille royale: celui-ci comprend désormais le roi, la reine Letizia, leurs deux filles ainsi que Juan Carlos et la reine Sofia.

Cristina est de plus, depuis la fin 2011, écartée, comme son époux, un ancien médaillé olympique de handball âgé de 46 ans, de toutes les activités officielles de la famille, la première mesure qu'avait prise la Maison royale pour tenter d'éviter que le scandale ne se propage.

A ce titre, Cristina était absente, jeudi dernier, de la cérémonie d'investiture de son frère.

Malgré cette distance, il reste à mesurer quel impact, dans l'hypothèse d'un renvoi en procès, pourra avoir le scandale sur la popularité de Felipe, et si l'abdication de Juan Carlos a pu créer un coupe-feu susceptible de préserver son fils.

sg/elc/mr

PLUS:hp