NOUVELLES

CBC : des personnalités craignent une baisse de la production documentaire

23/06/2014 04:05 EDT | Actualisé 23/08/2014 05:12 EDT

TORONTO - Des personnalités de la CBC, dont Peter Mansbridge, David Suzuki et Linden MacIntyre, dénoncent une proposition du diffuseur de mettre fin à la production de documentaires maison.

Anna Maria Tremonti, Carol Off et Nahlah Ayed ont également signé la pétition demandant à la CBC de protéger son service du documentaire en l'intégrant au secteur de l'information.

La lettre, envoyée au président de Radio-Canada, Hubert Lacroix, et à la vice-présidente principale des services anglais, Heather Conway, affirme que la télévision de la CBC, pour répondre à son mandat, doit produire davantage de ce type d'émissions et non le contraire.

Lors d'une rencontre qui aura lieu jeudi, le diffuseur doit révéler à ses employés son plan stratégique de cinq ans. Radio-Canada (tous services) doit retrancher 130 millions $ de son budget en raison des compressions fédérales, d'une baisse de ses revenus publicitaires et de la perte des droits de diffusion du hockey au profit de Rogers Media.

Les signataires de la lettre craignent que le plan ne se traduise par la mise à pied de la majorité de l'effectif au service des documentaires de la CBC, qui a créé plusieurs productions primées incluant «Canada: A People's History» («Le Canada: une histoire populaire») et la minisérie autochtone «8th Fire» («8e Feu»).

La lettre affirme qu'en intégrant la production documentaire originale au secteur de l'information, celle-ci serait préservée et il serait possible de partager les ressources, les bureaux et les infrastructures.

Environ 75 pour cent des documentaires de la CBC sont déjà produits par des réalisateurs indépendants. Selon la lettre, la production de documentaires a déjà été réduite de manière draconienne au cours des dernières années.

Dans une lettre envoyée en réponse, la vice-présidente Conway écrit que la CBC ne prévoyait pas diminuer le nombre de documentaires diffusés, mais qu'elle cherche des façons moins coûteuses d'en produire.

«Notre appétit pour les documentaires n'a pas changé ou diminué dans ce contexte, mais nous voulons examiner d'autres options de production», a-t-elle écrit. «Il existe une bonne occasion pour certains des talents du secteur de l'information de réaliser des documentaires, et nous pourrions aussi en acquérir de talentueux producteurs canadiens.»

Mme Conway a ainsi rencontré l'organisation Documentaristes du Canada, qui croit que ses membres devraient avoir davantage d'occasions de produire pour la CBC, a-t-elle écrit. Le diffuseur a également rencontré des producteurs de documentaires pour VICE, qui offre des films audacieux visant un public jeune.

Radio-Canada a annoncé en avril dernier l'abolition de 657 emplois au cours des deux prochaines années.

PLUS:pc